Accueil » Social » Transport en commun – Des voyageurs bloqués à Vakinankaratra et à Bongolava
Social

Transport en commun – Des voyageurs bloqués à Vakinankaratra et à Bongolava

Des taxis-brousse bloqués sur la route nationale 1.

Des passagers en provenance du Vakinankaratra et de Bongolava n’ont pu rejoindre Antananarivo, samedi. Des barrages ont été érigés sur les nationales un et sept.

Tovo, un transporteur de marchandises à l’Ouest des Hautes terres centrales, s’est levé au milieu de la nuit, pour rejoindre la capitale en taxi-brousse, samedi. Il avait prévu d’acheter des pièces à Antananarivo pour réparer son camion, en panne à Ankadinondry Sakay, depuis jeudi. Le taxi-brousse a quitté le stationnement à Ankadinondry Sakay, à 2 heures du matin. Après avoir roulé une trentaine de minutes, le véhicule s’est arrêté à Antanetimboahangy, un village à quelques kilomètres d’Analavory, où plusieurs véhicules se sont mis en file indienne, le moteur coupé. Plusieurs taxi-brousses en provenance de Tsiroanomandidy, d’Ankadi-nondry Sakay et d’Analavory y étaient bloqués. Aucun ne pouvait passer le barrage, érigé par des éléments des forces de l’ordre. Même pas des malades qui ont prévu de se soigner à Antananarivo, parmi les passagers. « Avant de quitter le stationnement, on a rempli un manifold. Mais ce manifold n’a servi à rien, lorsqu’on était au barrage. Tous les véhicules de transport en commun ont été refoulés. La raison, on n’en sait rien », témoigne Tovo. Ce transporteur de marchandises est finalement arrivé à Antananarivo vers 17 heures.

Véhicules clandestins

Une femme qui a effectué une mission à Tsiroanomandidy, a subi le même sort. « J’ai essayé de convaincre les forces de l’ordre de me laisser partir, car je vis à Antananarivo et que je rentre d’une mission, mais ils m’ont dit qu’ils ont reçu des ordres qui interdisent à tous véhicules de transport en commun de rejoindre la capitale », explique-t-elle. Aucun véhicule de transport en commun, en provenance de la région de Vakinankaratra non plus, n’a pu regagner Antananarivo, samedi, avant la fin de l’après-midi. « Nous avons été avisés la veille que mettre le cap sur Antananarivo ne sera pas possible. Nous avons donc décidé de repousser pour demain (ndlr : dimanche), notre départ», lance un transporteur d’Antsirabe.

La Gendarmerie à Vakinankaratra a indiqué que cette mesure a été prise pour protéger les personnes en provenance d’Antsirabe qui allaient rejoindre la capitale, face à l’éventuelle manifestation des partisans du parti politique TIM, prévue se tenir à Antananarivo, samedi. D’autres sources indiquent que le refoulement n’était pas systématique, mais concernait uniquement, les véhicules de transport clandestins. Les transporteurs concernés par ce refoulement affirment que les papiers de leurs véhicules sont en règle. Les passagers en provenance des autres régions autour d’Analamanga, n’étaient pas concernés par cette interdiction de circuler vers Antananarivo, samedi. La plupart des personnes qui sont venues à l’excursion organisée par les partis de l’opposition à Imerinkasinina, le 6 février, provenaient du Vakinankaratra et de Bongolava.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi