Accueil » Economie » Système de tarification – Dissonances à la Jirama
Economie

Système de tarification – Dissonances à la Jirama

Le  staff de la Jirama ne  parle pas d’une seul et unique voix.

Suite aux remontrances de la Banque mondiale sur le système de tarification Optima de la Jirama, des réactions plus ou moins discordantes, sinon contradictoires ont été entendues ces derniers jours.

Attente intéressante. La Jirama va-t-elle suivre les recommandations de la Banque mondiale sur le retour aux applications des tarifications Optima ? 475 millions de dollars d’aides financières de cette institution de dimension mondiale ont été mises sur la balance des décisions des autorités malgaches. La lettre d’une tonalité parentale a été adressée au ministre de l’Économie et des finances, Richard Randriamandrato, mais la patate chaude a été aussitôt refilée aux dirigeants de la Jirama. Vonjy Andriamanga, directeur général, au détour d’une campagne de reboisement du côté de Behenjy, a essayé d’arrondir les angles. « Il existe des problèmes avec la Banque mondiale. Mais étant un partenaire à la fois technique et financier, nous avons des contacts permanents chaque semaine. Ensemble, nous allons trouver des solutions », a-t-il mentionné, sans d’autres précisions.

En fait, la missive agressive de la Banque mondiale, a contrario, devait conforter Vonjy Andriamanga dans ses actions pour remettre à flot la trésorerie de la Jirama, décimée par les ventes à perte du kilowatt de l’électricité à ses abonnés. Sans compter les branchements illicites, constitués avec des réseaux aux multiples ramifications à travers le pays. Le tarif Optima sanctionne 20% des clients et fait le bonheur des 80% autres selon les annonces publicitaires de la Jirama.

Un autre son de cloche

Une option « suicidaire» qui n’a pas du tout convaincu le président de la République Andry Rajoelina. À Toamasina, devant un public et un auditoire médusé, il a sèchement passé un savon à Vonjy Andriamanga. « Comment la Jirama, avec une qualité de service aussi lamentable que déplorable, peut-elle augmenter le coût de ses services ? C’est inadmissible», s’est insurgé le président de la République.

Et le conseil des ministres du 20 janvier a donné 48 heures à la Jirama pour abandonner ou suspendre cette source du malaise. Le souci présidentiel vient du contexte social compliqué du moment. Marqué par la hausse généralisée des prix des produits de première nécessité. Un des atouts majeurs manipulés par des opposants pour s’attaquer au régime en place. Les Malgaches se passeraient bien d’une autre sanction financière sur leur pouvoir d’achat déjà précaire et fragile.

Dans cette cacophonie, un autre son de cloche est venu de Solo Andriamanampisoa, président du Conseil d’administration de la Jirama. Il a affirmé que « la Feuille de route a été respectée par la Jirama, que les contrats passés avec ses partenaires ont tous été renégociés, ce qui a permis de dégager 400 milliards d’ariary d’économie. La Jirama concentre ses efforts dans la lutte contre les fraudes et les vols. En parallèle de l’assainissement financier, il est question de redressement technique. Eu égard au chiffre d’affaires réalisé, la Jirama n’aurait plus besoin de subvention. Elle priorise l’intérêt de ses clients. Aussi une majoration des tarifs ne s’impose-elle pas » a-t-il souligné.

Deux versions ou diversions qui ont fait resurgir le spectre de passe d’armes ayant opposé les deux hommes au mois d’août. Le Conseil d’administration, pour diverses raisons, a adressé un courrier des plus belliqueux à Vonjy Andriamanga pour lui signifier « son incompétence et son incapacité » à gérer de façon convenable. Même les « secrets d’Alcôve » de l’incriminé ont été étalés sur les plateaux de télévision par un membre dudit conseil. Il a fallu l’arbitrage des hommes de la présidence de la République pour ramener les uns et les autres à la raison. Mais des mois plus tard, face à la fermeté de la Banque mondiale sur des points sensibles du cadrage macroéconomique, la hache de guerre des protagonistes a été déterrée.

1 commentaire

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • quelque soit le blabla des uns et des autres…..la réalité est que 400 milliard AR seront encore donnés à ce « fleuron national (rires) !!!!

Voir aussi