Accueil » A la une » Assassinat – Le tueur présumé de Junot placé à Tsiafahy
A la une Faits divers

Assassinat – Le tueur présumé de Junot placé à Tsiafahy

Le procureur de la République, Marie Annick Rakotoarivony et ses substituts.

Loïc Large, présumé assassin du secrétaire général de l’Union émergence Madagascar (UEM), Junot Ramananarivo, est enfermé à Tsiafahy depuis hier. Sa femme a été auditionnée en tant que témoin.

Un pan de voile a été levé sur le meurtre de Junot Ramananarivo, secrétaire général de l’Union émergence Madagascar (UEM), hier, par les magistrats du parquet, près le tribunal de première instance d’Antananarivo.

Aux dernières nouvelles, le ressortissant français, Loïc Large, présumé auteur de l’acte, a été mis en détention préventive à la maison de force de Tsiafahy. Ce placement sous mandat de dépôt était impératif pour protéger sa vie, maintenir la sécurité et principalement pour pouvoir continuer l’enquête. D’ailleurs, l’instruction sur l’affaire risque encore d’être longue. D’autres chefs d’inculpation pourraient s’ajouter au meurtre avec préméditation, a-t-on confié.

À ce stade, le procureur de la République, Marie Annick Rakotoarivony et ses substituts ne veulent pas encore parler beaucoup sur les détails du crime. « Nous devons respecter le secret de l’instruction. C’est une loi universelle, mais pas seulement chez nous. C’est pour cela que nous décidons de résumer l’affaire dans ce point de presse », explique le procureur.

Antécédents judiciaires

D’après la magistrate de premier grade, Loïc Large est déjà une figure familière pour la Justice, à cause de ses antécédents judiciaires. Il est impliqué dans quelques dossiers. « Le premier était au Pôle anticorruption (PAC), le second au tribunal commercial et récemment, au sein du parquet où il est poursuivi pour émission de chèque sans provision. Cette dernière plainte avait été déposée au mois d’août 2021 par la personne assassinée. Le suspect a été placé sous contrôle judiciaire jusqu’à présent », raconte-t-elle.

« En effet, l’homme qu’il a tué était sa partie adverse », poursuit-elle. La femme du prévenu a été entendue par la doyenne des juges d’instruction après que le substitut ait fini son audition en tant que témoin. Son mari était là depuis 10 heures du matin, assisté par un groupe d’avocats. Il a été conduit en prison au milieu d’après-midi.

Le crime sordide qui lui est reproché a été commis dimanche dernier du côté d’Ivandry. Il devait une somme de 300 millions d’ariary à Junot Ramananarivo. Ils se sont donnés rendez-vous ce jour-là. Le secrétaire général avait laissé son garde du corps un peu plus loin. Il discutait avec le Français pendant une cinquantaine de minutes. Après cela, il est sorti du véhicule avec un couteau planté à la poitrine. Il a succombé à ses blessures lors de son évacuation vers l’hôpital.

Le défunt était une étoile montante dans le monde politique, un vrai modèle pour les jeunes majungais. Il avait divers projets de développement ambitieux soutenant le régime actuel. Il était également un opérateur économique.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter