Accueil » Régions » Antsiranana – Le corps sans vie d’un chauffeur retrouvé
Régions

Antsiranana – Le corps sans vie d’un chauffeur retrouvé

Le corps flottait retenu par les racines des palétuviers.

Selon les informations fournies par le groupement de la gendarmerie nationale de la région Diana, le corps sans vie du chauffeur du 4×4 Mitsubishi immatriculé 6817 DD, accidenté mardi sur le pont d’Anamakia, a été retrouvé dans la mer, à proximité du port de la Compagnie Salinière de Madagascar, dans la commune rurale d’Antsahampano, district d’Antsiranana-II. Deux personnes sur les quatre occupants de la voiture ont été portées disparues, à la suite d’un accident de la circulation routière survenu dans la matinée du mardi 19 janvier, à l’ouest du fokontany de Namakia.

Pendant deux jours, les hommes du 2e RFI et de la gendarmerie, à bord de zodiacs, ont fouillé le secteur, mais n’avaient rien trouvé. Ce n’est qu’hier matin vers 8 heures qu’un gardien du port a découvert le corps du défunt déjà enflé, vêtu d’un maillot bleu et d’un caleçon. Il a aussitôt alerté les responsables.

Vers 10 heures, les éléments de la gendarmerie et un médecin du Bureau municipal d’hygiène d’Antsiranana, légalement requis, sont venus sur les lieux pour constater le corps. Il s’agit de celui d’Ahmad Abdoul Wahed, demeurant au fokontany de Soafeno. Puis le corps du défunt a été remis à la famille qui a procédé tout de suite à l’enterrement.

Pour les hommes de la gendarmerie et du 2e RFI qui sont encore sur les lieux, la recherche continue dans l’espoir de trouver la dernière personne portée disparue, une femme nommée Hamatra Anita Myriam, 47 ans. «C’est touchant, c’est compliqué de se dire qu’une personne que l’on connaît, que l’on voit tout le temps est portée disparue, ce n’est pas facile à apprendre », témoigne une de ses voisines.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi