A la une

Prime des fonctionnaires – Des détournements au niveau régional identifiés

Emargé à 65 000 ariary. « Il y a eu détournement ». Une source auprès de l’Inspection générale de l’État est formelle. Elle a fait savoir que le rapport a été clôturé hier et qu’il sera remis au plus tard au président de la République jeudi. Elle confirme par ailleurs que dans l’éducation nationale, certains agents ont effectivement touché 2 000 ariary et quelques. « Les enquêteurs ont relevé que dans certains cas les agents ont pourtant émargé à 65 000 ariary », indique-t-elle, entérinant ainsi la thèse du détournement. Elle a indiqué que cela s’est notamment déroulé dans les régions Bongolava et Vakinankaratra. Les victimes ont indiqué que les responsables leur ont dit qu’il faut des frais pour acheminer l’argent jusqu’à eux. Certains ont carrément avancé qu’il faut graisser la patte des supérieurs.

Malgré toutes les explications qu’on a essayé d’apporter, aussi bien par la ministre de tutelle que par la porte-parole du gouvernement, la thèse du détournement n’a jamais été écartée depuis le début du scandale. La primature a ainsi saisi l’Inspection générale de l’État pour enquêter sur ce triste évènement qui a provoqué un tollé dans le département et qui pourrait sonner le glas de la ministre de l’Éducation nationale et de l’enseignement technique Marie Thérèse Volahaingo au sein du gouvernement.

Le nom de celle-ci revient en effet avec insistance parmi les ministres qui vont être débarqués à la suite de l’évaluation. La source d’expliquer que les coupables risquent par ailleurs des sanctions pénales en plus d’éventuelles sanctions administratives. Des têtes vont ainsi tomber dans quelques jours pour clore définitivement ce chapitre. Cela devrait suffire à apaiser l’indignation des enseignants qui ont manifesté leur colère depuis le début de l’année mais confirme la propension à la corruption dans l’éducation nationale, identifiée par le Bianco parmi les secteurs les plus corrompus à Madagascar.