Accueil » Social » Maladie épidémique – La peste bubonique tue un homme à Moramanga
Social

Maladie épidémique – La peste bubonique tue un homme à Moramanga

L’hôpital  de  Moramanga  ne  compte  pas  de  malade  pour  le  moment.

La peste réapparaît dans le district de Moramanga. La population est sensibilisée à se soigner dans des centres de santé en cas de symptômes suspects.

Nouvelle victime de la peste, en cette haute saison de transmission de la maladie. C’est un habitant de la commune de Morarano-Gare qui est la énième victime de la peste bubonique, depuis le mois d’août. Il a succombé dans une formation sanitaire du district de Moramanga, jeudi matin. Cet homme de 28 ans a présenté des bubons. « Sa maladie était déjà très avancée, lorsqu’il est arrivé à l’hôpital. Il a reçu des traitements, mais c’était trop tard. Admis dans la nuit du mercredi, il a rendu l’âme, jeudi matin », informe une source dans le district de Moramanga, hier.

La commune de Morarano-Gare est un foyer pesteux. Des cas de peste apparaissent, de temps en temps, dans cette commune. Pour cette saison, cet homme de 28 ans, décédé jeudi, serait la première personne ayant présenté les symptômes de la peste bubonique ou de la peste pulmonaire. Des équipes sanitaires ont effectué des activités de riposte dans cette commune, le lendemain de son décès. « Nous avons désinfecté les maisons aux alentours de celle de la victime. Les personnes-contacts ont pris des traitements prophylactiques. Tout cela pour diminuer le risque de contamination et de propagation de la maladie », indique un professionnel de santé, ayant participé à ces activités de riposte.

Retard

Les agents de santé ont profité de cette occasion pour sensibiliser la population à se faire soigner dans un centre de santé, dès l’apparition de symptômes suspects, à savoir, fièvre, bubon, maux de tête, fatigue, courbature. Le retard du traitement et le fait que le patient n’est pas traité, sont, jusqu’ici, les causes principales du décès des pestiférés, à Madagascar. Les cinq personnes ayant succombé à cette maladie des rats qui se transmet à l’homme à travers les puces, depuis le mois de septembre, sont toutes des victimes de cette négligence des soins.

C’est le cas de cet habitant de Morarano-Gare, de l’enfant décédé à Anjozorobe, au mois d’octobre, des deux sœurs ayant été mortes à Vohibato, au mois de septembre et de l’individu victime de la peste pulmonaire à Manandriana, au même mois. Dans les centres de santé de base (CSB) les traitements de la peste sont disponibles et sont gratuits.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi