Accueil » Economie » Loi de finances 2021 – Avantage fiscal accordé aux établissements hôteliers
Economie

Loi de finances 2021 – Avantage fiscal accordé aux établissements hôteliers

Les  coûts  d’utilisation  des  groupes  électrogènes s’amoindrissent.

Une petite bouffée d’air frais pour le secteur touristique. Des allègements fiscaux sont prévus pour les infrastructures d’accueil.

Soulagement. Le projet de loi de finances pour l’année 2021 (PLFI) publié en début de semaine sur le site officiel du ministère de l’Économie et des finances affiche une atténuation des charges fiscales dans certains domaines d’activité. Selon le PLFI 2021, il y aura une mise en œuvre du redressement économique en octroyant aux industries locales un allègement de taxation des intrants et à travers la relance de la consommation. Notamment sur le plan de la déductibilité de la TVA sur les achats de carburants des groupes électrogènes utilisés dans des hôtels et restaurants se trouvant dans des zones non desservies d’électricité.

« L’initiative a été entreprise en vue d’accompagner les efforts des autorités sur la relance du secteur touristique » fait remarquer un responsable au sein de la direction général d’impôts. Une aubaine pour les opérateurs touristiques dans les zones reculées dont le budget de fonctionnement est accaparé à près de 30% par la consommation de carburant. « En période de basse saison, notre établissement consomme environ deux mille litres de gazole par mois pour les groupes électrogènes et entre cinq cent et mille litres par mois pour les déplacements des véhicules pour le transport du personnel ou encore pour les approvisionnements même de l’hôtel » détaille le responsable d’achat d’un établissement hôtelier situé dans la région de l’Isalo Ihorombe dont une partie reste encore enclavée en matière d’électricité

En haute saison, ces consommations peuvent atteindre le double voir le triple. La déductibilité de la TVA sur les achats de carburant pour ce genre d’établissement représentera alors une opportunité pour ces infrastructures d’accueil de réinvestir ces avantages dans d’autres domaines pour améliorer leurs activités.

Bouée de sauvetage

Le projet de loi de finances dédié à l’année d’activité 2021 rejoint ainsi la vision du plan multisectoriel d’urgence établi par les autorités il y a quelques mois. En effet, la publication du plan multisectoriel d’urgence s’apparente à un clin d’œil remarqué pour les secteurs les plus impactés par la pandémie. L’idée étant de soutenir la résilience économique et d’appuyer le secteur privé. Ce furent d’ailleurs les premiers mots inscrits sur la première ligne du PMDU.

« Nous nous réjouissons de cette décision d’octroi de bouées de sauvetage social pour les gens du tourisme. Il s’agit maintenant de définir concrètement le circuit de distribution afin que les premiers concernés puissent réellement en profiter » a expliqué Johann Pless, président de la fédération des hôteliers de Madagascar lors de la présentation du plan d’urgence pour la relance.

Cependant, malgré le clin d’œil remarqué de l’État pour ces deux secteurs, les budgets alloués aux plans de relance restent dans le rouge. Selon le tableau récapitulatif des financements inscrits dans le PMDU, le secteur touristique aura besoin de 0,74 million de dollars tandis que le transport requiert 11,95 millions. Pourtant les financements disponibles pour ces deux secteurs sont respectivement de 0,25 million et de 0,12 million de dollars.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi