Océan indien

Maurice – Le trafic de drogue en proportion alarmante

Montée en puissance du réseau africain. Le phénomène ne concerne plus uniquement l’île, mais englobe différents pays du continent africain.

«Un réseau africain se met en place ou s’est déjà bien installé à Maurice. Si on revient 20 ans en arrière, on se rend compte qu’on utilisait des Indiens pour transporter de la drogue à Maurice. Désormais, ce sont les étudiants nigérians qu’on sollicite pour fournir de la drogue à d’autres Africains à Maurice», lâche Danny Philippe, président du Collectif Urgence Toxida. Selon lui, alors que Maurice est aux prises avec son propre réseau de trafiquants locaux, l’axe africain monte actuellement en puissance à l’intérieur de l’île.

Au vu du nombre d’Africains impliqués dans les trafics mondialement, ce phénomène a pris des proportions alarmantes. (…)

Cinquante cinq étrangers sont actuellement en détention préventive pour des affaires de drogue, indiquent les statistiques de la Mauritius Prison Services. Sur une vingtaine de pays les plus impliqués dernièrement, on retrouve l’Afrique du Sud, le Nigeria et Madagascar.

Auparavant, précise un gardien de prison, ces cas étaient plus récurrents auprès des touristes en provenance de La Réunion ou de la France. «Aujourd’hui, ces pratiques sont devenues plus rares au sein de cette catégorie. » À l’inverse, le réseau africain a commencé à s’étendre davantage.

À l’international

Cette pratique n’est pas réservée qu’à Maurice mais se retrouve être un phénomène international, explique un officier de l’ADSU.

Pour les trafiquants ou passeurs d’origine africaine, le policier affirme que certains n’hésitent pas à se prévaloir d’un permis d’étudiant. (…)

Quant à ceux venant de Madagascar, le permis de travail serait couramment utilisé dans certains cas pour faciliter leur entrée au pays. (…)

L’appât du gain est un facteur déclencheur face à l’enlisement dans la pauvreté du Nigeria et de Madagascar, entre autres nations, selon Alain Laridon, ancien ambassadeur de Maurice au Mozambique.

Du côté de Madagascar, l’ancien diplomate estime que le fait que le gouvernement local n’arrive pas à contrôler le pays, cela accroît la migration des travailleurs vers Maurice…

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter