Economie

Hausse du droit de douane – Grogne chez certains importateurs de bondillons

La fixation des taxes prélevées aux matières premières de fabrication de savon fait des vagues. Le droit de douane pour les bondillons atteint 20% au lieu de 10% auparavant. C’est ce que le projet de loi des finances pour l’année 2020 prévoit. Bien que le texte soit actuellement en attente d’adoption au niveau du Parlement, certains opérateurs de savon s’inquiètent déjà du fait que la hausse pourrait engendrer une grande répercussion négative pour les bo

ses des ménages malgaches.
À travers un communiqué, entre autres, le directeur commercial des savons SEIM, Salim Dramsy d’exprimer. « L’augmentation de 20% est une hausse inexpliquée et inexplicable et va certainement avoir une grande répercussion négative sur les consommateurs ».

La valorisation des produits fabriqués localement constitue l’un des défis des industries malgaches. Notamment, sur le marché des savons, la lutte a été menée dans l’intérêt des opérateurs et les consommateurs vis-à-vis de la recrudescence des produits importés.

Ainsi, le sujet a rebondi depuis la vulgarisation du projet de loi des finances. La hausse des taxes sur la bondillons alimente les débats. Des importateurs estiment que « la mesure semble vouloir dévaloriser les industries concurrentes ». À cet effet, le projet de texte mérite d’être débattu au sein du Parlement avant son adoption.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter