A la une Economie

Exportation – La valeur gustative des litchis peu garantie

Le premier envoi des palettes de litchis pour le marché européen a commencé. Tout est mis en œuvre pour gagner le cœur des consommateurs.

Qualité, calibre, goût. C’est l’essentiel des exigences du marché européen. Afin de ne pas revenir dans le trauma de l’année dernière où les litchis malgaches ont connu un retour à l’envoyeur faute de respect minimum de ces exigences, des programmes viennent contribuer à l’amélioration de la chaîne. Les fruits rouges, pourtant très appréciés en Europe lors de la fête de Noël, sont éternellement indiqués ne pas obtenir la note. Avec le mode de culture actuel, utilisé depuis des temps, la valeur gustative reste aléatoire et la qualité n’est pas souvent homogène.

Aussi, le ministère de l’Agriculture, de l’élevage et de la pêche, avec le projet de Croissance agricole et de sécurisation foncière (CASEF), ont-ils revu le début de la chaîne. « Il se trouve que les planteurs de la région Est, par exemple, ne procèdent pas à l’arrosage des plants de litchi, mais attendent la pluie. Le programme d’intervention pour le litchi consiste ainsi à leur montrer des techniques de goutte-à-goutte, de taillage, et à les sensibiliser à adopter de nouvelles techniques comme l’action de “stresser” les plantes pour plus de fructification en travaillant la racine, pour obtenir ainsi un meilleur rendement. Ceci est mis en œuvre depuis 2018 dans quatre districts de l’Est », explique Fety Soja, coordonnateur national du projet CASEF.

Le rendement est mis en avant, car comparé à d’autres fruits comme les mangues avec deux millions de tonnes sur le marché, le litchi a encore du chemin à faire.

Espoir

L’insertion de nouvelles variétés ou de nouvelles espèces de litchi n’a pas été encore prise en compte dans le programme, en attendant les résultats de ces techniques récemment vulgarisées. Mais même avec ces nouvelles techniques et la variété gardée, la valeur gustative du litchi n’est pas garantie.

Toutefois, cette année, dame nature a été du côté des opérateurs et les fruits rouges se présentent mieux que l’année dernière. Le référentiel HOREB, lancé, entre autres, par l’exportateur Faly Rasamimanana, met au fur et à mesure, en place, un système de management de développement dans des communes pilotes en se basant sur le principe de responsabilité sociétale des entreprises. « 21 km de pistes ont été aménagées afin de faire sortir les litchis. Leur qualité est satisfaisante, justifiée par le rapport d’étude du Centre technique horticole de Tamatave », explique l’opérateur.

Le calibre moyen pour cette campagne est indiqué à 30mm. Le bateau conventionnel transportant les palettes de litchi vers l’Europe a accosté, hier, à Toamasina. 70 tonnes ont été embarquées pour la société Faly Export à ce premier envoi. Le quota de 17 000 tonnes au total pour Madagascar, est prévu arriver à destination avant les fêtes de fin d’année.