Accueil » A la une » Santé publique – La caravane médicale prise d’assaut
A la une Santé

Santé publique – La caravane médicale prise d’assaut

Les soins bucco-dentaires figurent au programme de la caravane médicale.

Les prestations de santé au Sud suscitent l’engouement. Beaucoup réclament la poursuite des offres de soins gratuits et de proximité.

De nombreuses personnes se ruaient vers le village d’Andohasana Ambalakely, où des équipes médicales de différentes disciplines exerçaient, dans la journée du lundi. Ces professionnels de santé ont été débordés. « Nous avons ciblé mille cinq cent patients. Près de trois mille sont venus », rapporte l’équipe du ministère de la Santé publique qui dirige les activités de la Caravane de soins de proximité à Betafo, à Lalangiana et à Vohipeno, depuis vendredi. Cette caravane s’arrête une journée dans chacun de ces districts et offre plusieurs prestations de santé à la population. On a vu le même engouement à Betafo, vendredi.

Toutes les prestations de santé ont attiré du monde: dépistage de diabète, diagnostic et prise en charge des maladies cardiovasculaires à savoir, l’hypertension artérielle, l’obésité, les soins bucco-dentaires, les soins et les dépistages de problèmes oculaires, le dépistage des infections sexuelles transmissibles et le Sida.

Formation sanitaire

L’arrivée de ces professionnels de santé dans ces districts est une manne tombée du ciel. « Lalangiana ne dispose pas de grands hôpitaux. Les habitants se contentent des offres de soins dans les centres de santé de base (CSB). Fianarantsoa est la ville la plus proche pour les spécialisations, comme l’échographie, l’ophtalmologie », explique le député de Lalangiana, Richard Jean Bosco Rivotiana. Des habitants n’ont même pas à portée de main, les soins dans ces CSB. « Certains villageois se trouvent à vingt, voire, à trente kilomètres d’une formation sanitaire », rajoute cette personne élue à Lalangiana.

Les médecins constataient à travers l’état de santé des patients, leur difficulté d’accès aux soins de santé. « Ils ne se soignent pas. Chez certains patients, toutes les dents sont cariées. Ils refusent de se soigner, les prestations de soins dentaires sont chères pou r eu x », indique un médecin.

Le changement du système de soins s’avère important. Il est urgent de rapprocher les hôpitaux de la population. Il faudrait réviser les coûts de la prise en charge et des traitements.

« Les soins bucco-dentaires sont payants à cause des consommables. Le ministère devrait voir l’équipement de ces dentisteries pour la gratuité des soins dentaires », lance, comme exemple, un médecin. Les habitants de Lalangiana et de Betafo, eux, souhaitent la poursuite de ces offres de soins gratuits dans leurs villages. L’État a lancé plusieurs projets de constructions, sept hôpitaux Manarapenitra, dix-huit centres de santé de base (CSB). Mais ces infrastructures ne couvriront pas tous les besoins de la population, notamment, ceux des zones enclavées comme certains villages de Lalangiana.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi