A la une Economie

Carburant – La distribution perturbée

Plusieurs stations-service ont frôlé la rupture de stock le week-end dernier. L’OMH rassure que tout sera rétabli cette semaine.

Plus que la normale. Les automobilistes ont  augmenté leurs besoins en carburant le temps d’un week-end. Il a suffi d’une information circulant sur les réseaux sociaux plus tôt, jeudi dernier, pour tout chambarder bien que l’Office malgache des hydrocarbures (OMH) ait rassuré que l’approvisionnement en carburant ne rencontrait pas de problèmes majeurs. Des membres du réseau social ont véhiculé  « Il n’y a de carburant nulle part à Antananarivo » ou « Faites le plein si vous en trouvez ». La panique a gagné les automobilistes lesquels ont tenu à remplir coûte que coûte leurs réservoirs. Jusqu’à hier soir, de longues files d’attente sont aperçues dans diverses stations services des quatre coins de la capitale. De nombreuses stations n’en ont plus.

La rupture a également  touché quelques autres villes telles Toliara où les taxi-brousse reliant les localités du nord tels Ifaty, Ankililaoka ou Morombe se sont faits rares faute de carburant suffisant dans leurs réservoirs. Il a été indiqué qu’il n’y eut pas assez de gasoil. Morondava a dû revivre le problème de délestage faute de carburant. « Le problème a surtout touché le super carburant pour notre part mais on nous rassure que l’approvisionnement reprendra cette nuit », explique un gérant de station service à Antananarivo, joint au téléphone, hier soir. Dix-huit stations service sont indiquées en difficulté à Antananarivo sur une soixante connue.

Points d’ordre

L’OMH a tenu à donner des explications, hier soir, car normalement toutes les circonscriptions pétrolières du pays disposent d’un stock minimum de 21 jours au niveau des dépôts d’hydrocarbures. « La surconsommation en effet perturbe la distribution au point qu’on rencontre des ruptures de stock un peu partout », admet Laurent Rajaonarivelo, directeur général de l’Office. « L’arrivée du cargo pétrolier « Gulf Coral »  a été également décalée d’une semaine car celui-ci, devait être à Toamasina le 17 octobre dernier mais ne sera là que le 25 octobre. Toutefois, des importations « spot » c’est-à-dire « extra » ont été organisées et les produits ont ou sont en train d’atteindre les ports d’Ehoala ou encore Mahajanga et Antsiranana », fait-il savoir. Pour Antananarivo, le stock restant à Toamasina est indiqué être expédié depuis hier vers les dépôts d’Alarobia et de Soanierana et la disponibilité normale des produits est promise pour ce début de semaine.

Laurent Rajaonarivelo précise par ailleurs, que les compagnies pétrolières n’ont pas d’intérêt à perturber délibérément l’approvisionnement. Mais le  Groupement pétrolier de Madagascar (GPM) a fait savoir à travers une lettre envoyée le 16 septembre dernier au ministre de l’Energie, de l’eau et des hydrocarbures, la probabilité d’une perturbation dans l’approvisionnement. «  …Nos situations de trésorerie ne nous permettent plus de supporter une aggravation de nos arriérés sans qu’aucune  mesure d’accompagnement ne soit à minima mise en œuvre… Vous comprendriez aisément que nous ne serons malheureusement plus en mesure de dédouaner nos produits faute de moyens suffisants(…) ». Une annonce qui fait suite au non application d’un mécanisme de paiement des arriérés des pétroliers. Quelques 160 milliards d’ariary restent encore en suspens.