A la une Faits divers

Ankadikely Ilafy – Un commerce calciné avec quatre véhicules

Les flammes ont fait des ravages en pleine nuit à Ankadikely Ilafy. Un comptoir à bois, deux poids-lourds, une Mercedes Sprinter ainsi qu’une Renault Kangoo sont partis en fumée.

Grave sinistre à Ankadikely Ilafy dans la nuit de vendredi à samedi. Un violent incendie a ravagé un commerce de bois de construction et de menuiserie avant qu’il ne se répande sur un parking. Complètement calcinés, quatre véhicules dont un camion de marque Mercedes, une Renault Kangoo, une semi-remorque ainsi qu’un minibus de marque Mercedes Sprinter ont été réduits en amas de ferrailles fumantes, couverts de suie après le passage des flammes.

Vers minuit et demie, les sapeurs-pompiers de la commune urbaine d’Antanana­rivo ont dépêché quinze éléments et trois fourgons pompe-tonne sur place. L’embrasement s’est déclaré depuis le comptoir à bois pour se répandre à une vitesse effrayante vers le parking de nuit.

Importants dégâts

À l’arrivée des soldats du feu, le commerce était déjà parti en fumée. À côté, les deux poids-lourds, la camionnette ainsi que le minibus étaient déjà les proies des flammes. Faute de moyens suffisants, les personnes sur place, bien que réveillées en sursaut par la fournaise ayant secoué les environs, n’ont pas réussi à venir à bout des flammes qui se propageaient dangereusement à une vitesse folle. Il a fallu que les sapeurs-pompiers interviennent pour freiner leur progression.

Il a fallu une quarantaine de minutes aux soldats du feu pour circonscrire l’incendie. Après avoir pris le contrôle de la situation, les secouristes ont bataillé petit à petit contre le déferlement de flammes. Sept heures plus tard, le dernier brasier a été éteint. Samedi en début de matinée, l’équipe de sapeurs-pompiers épuisés a quitté les lieux avec leurs trois fourgons pompe-tonne. Des éléments de la gendarmerie nationale à Ankadikely Ilafy sont venus sur les lieux de l’embrasement pour faire le constat et évaluer l’ampleur des dégâts. Une enquête est ouverte. Par ailleurs, la cause du sinistre n’est pas encore déterminée. La thèse d’un court-circuit survenu en pleine nuit n’est pas, en revanche, exclue.

Une bouche d’incendie a été mise à disposition par la société d’exploitation de produits textiles Somacou, sise non loin de l’endroit où l’incendie a éclaté. Aucun blessé n’est à déplorer, de source auprès de la caserne de Tsaralalàna.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter