Accueil » Social » Environnement – Mesures d’urgence face à la menace d’extinction du microcèbe de Mme Berthe
Social

Environnement – Mesures d’urgence face à la menace d’extinction du microcèbe de Mme Berthe

Après son entretien lundi dernier avec Jonah Ratsimbazafy, primatologue et président du Groupe d’études et de recherche sur les primates (Gerp) et président également de la société internationale des primatologues, la ministre de l’Environnement et du développement durable, Marie Orléa Vina, a déclaré la nécessité de trouver des solutions urgentes pour prévenir la disparition du microcèbe de Mme Berthe ou microcebus berthae, le plus petit primate au monde. Appelé aussi lémurien-souris de Mme Berthe, ce minuscule primate entre parmi les 25 primates les plus menacés au monde. Espèce endémique de Madagascar, il ne se trouve que dans l’aire protégée du Menabe Antimena, dans la forêt de Kirindy, son habitat naturel. Or, cette aire protégée se trouve justement sous la menace de la déforestation.

La ministre a attiré l’attention de toutes les forces vives œuvrant dans la protection de l’environnement et de la biodiversité, devant la gravité de cette menace. « J’appelle tous les gestionnaires des aires protégées, les chercheurs, les ONG, les associations, et tout individu, à prendre les responsabilités appropriées pour la protection de l’environnement et pour renforcer les efforts déployés car l’environnement, et particulièrement les lémuriens, sont un patrimoine commun ». De son côté, le professeur Jonah Ratsimbazafy a expliqué que « cette espèce ne se trouve dans aucun parc ni aucun zoo au monde » Il a aussi rappelé que « nous devons protéger ces richesses nationales qui sont sources de revenus. La législation en vigueur doit être appliquée aux contrevenants ».

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter