Accueil » Economie » Énergie – Madagascar Oil-Jirama, destins croisés
Economie

Énergie – Madagascar Oil-Jirama, destins croisés

Du gâchis. Voilà comment beaucoup d’économistes interprètent les stocks d’huile lourde de Tsimiroro, produits par Madagascar Oil en quête de preneurs. Il fut un moment où la Jirama, engluée dans un déficit financier abyssal, a eu l’intention d’alimenter ses centrales thermiques par du fuel lourd de Madagascar Oil.

Mais les négociations ont échoué sur deux points. La Jirama a exigé de la part de Madagascar Oil des pénalités financières à chaque retard de livraison. Ce qui semble être un obstacle évident au regard de l’état défectueux de la route menant vers Tsimiroro. De son côté, Madagascar Oil a émis des réserves sur la crédibilité et la solvabilité de la Jirama.

Elle n’entend pas courir le risque des impayés comme les pétroliers qui, au mois de juillet, selon les décomptes officiels, ont 800 milliards d’ariary d’ardoise à effacer chez la Jirama. Avec la vigilance des bailleurs de fonds sur la gestion financière de la Jirama, il n’est pas facile de conclure un contrat boiteux dès le départ. Des analystes très au fait du dossier, estiment alors que l’État, étant l’actionnaire majoritaire de la Jirama, peut amorcer un geste de bonne volonté, afin de dénouer l’écheveau.

Par le recours à une espèce de garantie financière souveraine pour rassurer Madagascar Oil, dans ses éventuels accords avec la Jirama. Ce d’autant plus que Madagascar Oil affiche plus que jamais sa volonté d’avancer dans le contrat en prévoyant de se doter des matériels roulants pour transporter l’huile lourde. Selon nos informations, Madagascar Oil est en pleine procédure d’importation de vingt camions tout-terrain d’une capacité de 30 000 litres d’huile lourde chacun, pouvant affronter l’état extrêmement délabré de la RN1 bis.

Au final la Jirama, qui a déjà effectué des essais concluants sur les produits de Madagascar Oil, pourrait passer à une nouvelle ère en utilisant l’huile lourde de Tsimiroro. La clé pour faire sauter les verrous de l’incompréhension est alors entre les mains de l’État. Qui, à force de tergiverser dans ses prises de décisions, a fini par accumuler les ennuis de la Jirama. Sur tous les plans.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter