Accueil » A la une » Éducation inclusive – Un enfant vivant avec l’albinisme rejeté par une école privée
A la une Social

Éducation inclusive – Un enfant vivant avec l’albinisme rejeté par une école privée

Josephat, un enfant albinos semble avoir des difficultés pour trouver une école.

Plusieurs enfants « différents » sont exclus du système scolaire. Des enfants vivant avec l’albinisme en font partie. Un a été rejeté par une école privée, récemment.

Une école privée à Talatamaty, dans la circonscription scolaire (Cisco) d’Ambohidratrimo, aurait refusé de recevoir un enfant vivant avec l’albinisme. « Les responsables ont dit qu’un enfant vivant avec l’albinisme n’a jamais fréquenté leur établissement. Que la présence de cet enfant risque de nuire à l’image de l’établissement. Que des parents vont vouloir retirer leurs enfants de cette école, si cet enfant y est scolarisé. Que pour inscrire l’enfant, ils ont besoin de l’accord des autres parents, lors d’une assemblée générale, car ils craignaient que ce soit contagieux », rapporte Fulgence Soja, président national de l’association Albinos Madagascar, hier.

Fulgence Soja et cet enfant âgé de 17 ans, qui se prénomme Josaphat et qui aurait été rejeté par sa mère, récemment, se seraient présentés dans cette école, lundi, pour l’inscrire en classe de seconde. Ils sont rentrés bredouilles, le cœur lourd. « Ce n’était pas évident pour lui d’entendre les explications des responsables de l’établissement», rajoute le président de l’association. Une école a, finalement, accepté de recevoir Josaphat, lorsque Fulgence Soja a apporté des explications sur l’albinisme. « Il ne s’agit pas d’une maladie contagieuse, mais plutôt, d’une anomalie génétique, lors du développement embryonnaire. Cette malformation peut toucher tout le monde », explique-t-il, indigné par la réaction des responsables de l’école à Talatamaty.

Éducation pour tous

Les personnes vivant avec l’albinisme ne sont pas les seules victimes de l’exclusion scolaire. Des parents d’enfants autistes ont de la difficulté à trouver un établissement scolaire qui accepte leurs enfants. Certains décident de les scolariser à domicile ou dans une école spécialisée. De nombreux enfants vivants avec un handicap comme ceux vivants avec une infirmité motrice cérébrale, ceux qui ont de la difficulté à s’exprimer, entre autres, sont exclus du système scolaire. Leurs handicaps ne sont pas acceptés, en général.

Apparemment, le ministère de l’Éducation nationale ne pourra pas infliger des sanctions à ces écoles privées qui ont exclu des enfants de leur établissement, à cause de leur handicap, à entendre les explications des responsables auprès de ce ministère. « Il n’y a pas de texte qui oblige les écoles privées à scolariser tel ou tel enfant. Après, les défenseurs des droits de l’homme pourront entrer en jeu, si le motif du rejet est le corps et l’apparence physique de l’enfant. Par contre, si un tel cas se produit dans une école publique, le ministère interviendra pour identifier le motif du refus. Car l’éducation inclusive est déjà effective au niveau de tous les établissements scolaires publics. D’ailleurs, les établissements scolaires publics qui disposent d’une classe intégrée et d’une passerelle, peuvent accueillir des enfants en situation de handicap. L’objectif est l’accès à l’éducation pour tous, et que les enfants ne seront plus obligés d’aller dans les écoles spécialisées pour apprendre », indique une source auprès du ministère. Le ministère de l’Éducation nationale envisage, toutefois, de sensibiliser les écoles privées sur l’éducation inclusive.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter