Accueil » Régions » Antsiranana – « Hôpital Be » fête ses 120 bougies
Régions

Antsiranana – « Hôpital Be » fête ses 120 bougies

Le centre hospitalier universitaire de place Kabary Antsiranana

Hier a été un jour à marquer d’une pierre blanche pour le personnel du Centre hospitalier universitaire de Place Kabary à Antsiranana. Il a célébré la 120e année de l’établissement.

APRÈS un siècle et deux décennies d’existence et d’activités, l’Hôpital Be, de son ancienne appellation, ouvre une nouvelle page de son histoire. Si l’on le compare à un être humain, il est très vieux, épuisé, fatigué, décrépit. Mais ce n’est pas tout à fait le cas, malgré son âge avancé. L’apparence externe des bâtiments existants montre que l’hôpital a réellement 120 ans, même si le ravalement et la peinture effectués dans le cadre de la célébration ont changé son « look ».

L’« Hopitaly Be » est le premier hôpital public de la ville d’Antsi­ranana. Sous la colonisation, une dépêche en date du 24 aout 1888, ordonna la construction à Antsiranana d’un centre hospitalier prévu pour vingt mille personnes. L’hôpital fut inauguré en 1901 et faisait partie des établissements français de Diego-Suarez. Son premier emplacement se trouvait au Cap Diego, comme hôpital militaire. Puis, il fut déplacé dans la capitale du Nord et le nouveau bâtiment est installé sur la pointe du plateau d’Amboaroka ou du Corail, endroit que les Français estimaient le plus salubre en raison du vent qui le balaie en toutes saisons. Il est implanté sur une vaste parcelle de terrain d’environ sept hectares donnant sur la baie d’Antsiranana. Actuellement, son quartier s’appelle Place Kabary.

L’établissement a maintes fois changé de noms. De 1901 à 1993, Hôpital principal, de 1993 à 2002, Centre hospitalier de référencé provincial d’Antsiranana. De 2002 à 2011, une petite nuance est apportée à sa dénomination qui devient Centre hospitalier de référence régionale Diana. Et jusqu’en juin 2021, il arbore le nom de Centre hospitalier universitaire (CHU) d’Antsiranana depuis l’ouverture du département Médecine et Faculté de médecine au sein de l’Université d’Antsiranana.

En 2015, le CHUA qui figure parmi les établissements publics nationaux, s’est scindé en deux à la suite de la construction de l’Hôpital Manarapenitra, actuellement Centre hospitalier universitaire de Tanambao, situé à environ un kilomètre de Place Kabary. Comme tous les CHU, il a la vocation de soigner, de former et de mener des recherches.

Ruine

Mais il y a un hic. La situation réelle de l’hôpital ne dépend pas du service dont la population a besoin. Selon les explications de la Pr Domoina Malala Aurelia Randriambololona, directeur de l’établissement, depuis son inauguration en 1901, l’Hopitaly Be n’a bénéficié d’aucun entretien ni réhabilitation régulière et sérieuse. D’où son état de vétusté et de dégradation quasi complète, plus d’un siècle plus tard. La population a fini par déserter le centre. Or, depuis son installation, l’hôpital fait face à de nombreux types de maladies et de blessures. Il a un service d’urgence pour faire face à des menaces immédiates pour la santé et la capacité d’envoyer des services médicaux d’urgence. Il est, en général, le principal établissement de soins de santé dans la région Diana, avec un grand nombre de lits pour soins intensifs et soins de longue durée.

C’est pour cela que les responsables qui se sont succédé à la tête de l’hôpital ont toujours établi comme priorité de réhabiliter les infrastructures hospitalières, notamment les bâtiments de soins. Et ces dernières années les efforts ont porté leurs fruits et des changements ont pu être progressivement observés dans l’enceinte de l’établissement. L’allée principale et quelques bâtiments de soins viennent d’être réhabilités. L’hôpital a repris vie après une sérieuse opération et grâce aux différents généreux donateurs. Notamment l’organisation non gouvernementale Humanité et Inclusion et l’ambassade du Japon….

Pour marquer cette résurrection, le personnel du CHU Place Kabary a organisé des festivités pendant une semaine dans une grande atmosphère de liesse, de solidarité et d’enthousiasme sans précèdent. « Cette célébration a pour objectif de présenter, de nouveau, l’hôpital avec ses offres de soins à la population, de renforcer l’engagement du personnel à servir la population, et d’attirer l’attention des autorités et responsables étatiques sur ce grand centre, véritable patrimoine de la région du Nord afin qu’il puisse mieux servir la population dans les années à venir», explique le directeur de l’hôpital.

Outre des activités sportives, tout a débuté hier par le lancement officiel de la célébration qui s’est tenue dans l’enceinte de l’Hopital, en présence des autorités régionales civiles et militaires, ainsi que la grande famille de la santé. Le ministère de tutelle a été représenté par le Dr Manitra Rakotoarivony, directeur de la Promotion de la santé, et la région Diana par son secrétaire général, Taciano Rakotomanga.

Des manifestations culturelles du personnel médical et paramédical ont pimenté cette journée.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter