Opinions Texto de Ravel

Globalstrike

Cette semaine sera historique. L’appel des jeunes grévistes pour le climat a été entendu, puisque, dans plus de cent cinquante pays, des millions de personnes se préparent à réclamer la fin de l’ère des combustibles fossiles. Un peu partout dans le monde, les jeunes ont donné un nouvel élan au mouvement climatique grâce à leurs puissantes grèves pour le climat autour du slogan « Fridays for future ». Hier, des millions d’adultes ont rejoint ce qui marquera le coup d’envoi d’une nouvelle vague d’actions dans le monde entier. L’urgence de la crise climatique exige une nouvelle approche et une réponse appropriée axées sur les droits de la personne, l’équité et la justice. Suivez les actions et rejoignez le mouvement.

Un peu partout dans le monde, les écolier(e)s ont donné un nouvel élan au mouvement climatique grâce à leurs puissantes grèves pour le climat autour du slogan « Fridays for future » ou vendredi pour le futur. Alors que nous faisons face à une dégradation dévastatrice du climat et que nous nous précipitons vers un dangereux point de non-retour, des jeunes du monde entier nous demandent de les aider à briser le statu quo en participant à une grande grève mondiale pour le climat juste avant le sommet des Nations Unies sur le climat. Ces manifestations se tiennent le vendredi 20 et 27 septembre. Ensemble, nous tirerons la sonnette d’alarme et montrerons à nos responsables politiques que le statu quo n’est plus une option. La crise climatique n’attendra pas, alors nous non plus.

Certains protesteront contre l’exploitation de nouveaux pipelines et de nouvelles mines ou contre les banques qui financent ces projets ; d’autres pointeront du doigt la responsabilité des compagnies pétrolières et des décideurs politiques qui les laissent faire. D’autres encore organiseront des actions pour sensibiliser leur communauté et exiger la mise en place de solutions justes et équitables à la crise climatique. Compte tenu des fortes inégalités, tout le monde ne pourra pas prendre un jour de congé ou participer de la même manière. Mais nous pouvons tous prendre position et faire entendre notre voix.

Notre maison est en train de brûler. La crise climatique est une urgence, mais nous n’agissons pas en conséquence. Les compagnies pétrolières, charbonnières et gazières continuent de jeter de l’huile sur le feu et de mettre en danger notre vie à tous. Les effets du réchauffement climatique affectent déjà des millions de personnes. Si nous n’entamons pas dès maintenant une transition rapide et équitable vers une énergie 100 % renouvelable pour tous, l’injustice de la crise climatique ne fera que s’accentuer. Nous devons prendre des mesures immédiates pour stopper l’utilisation de combustibles fossiles et garantir une révolution énergétique rapide centrée sur l’équité, le dédommagement et la justice climatique.

La grève pour le climat ne résoudra pas à elle seule la crise climatique, mais elle montrera que nous ne sommes plus disposés à accepter le statu quo. L’urgence de la crise climatique exige une nouvelle approche et une réponse appropriée axées sur les droits de la personne, l’équité et la justice. La protestation solitaire de Greta Thunberg l’an dernier a attiré l’attention du monde entier et des millions d’écolier(e)s se sont joints à elle pour tirer la sonnette d’alarme. Aujourd’hui, c’est à notre tour de soutenir ces jeunes pour montrer aux dirigeant(e)s mondiaux(ales) que nous sommes nombreux à exiger la justice climatique. La grève pour le climat marquera le coup d’envoi d’une énorme vague d’actions et de nouvelles ambitions dans le monde entier.

L’Afrique et Madagascar ne seront pas en reste dans cette protestation car il faut savoir que les femmes et les jeunes des pays du Sud sont en première ligne face au changement climatique et sont les plus durement touchés par ses effets. Si le climat peut changer, nous le pouvons aussi ! La prise de conscience du climat sans ACTION n’a pas de valeur. Alors, AGISSEZ MAINTENANT pour les générations futures.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter