A la une Faits divers

Drame sur la RN2 – Un routier périt dans son camion effréné

Un camionneur est décédé sur le coup dans un accident de la circulation, hier à 11h 45, à Nandihizana Carion. Trois autres personnes ont été blessées.

Accident mortel. Un camion dont les freins ont lâché dans un tournant pentu, selon la gendarmerie, a terminé sa course effrénée par se coucher sur le flanc, hier à 11h 45, à Nandi­hizana Carion. Coincé entre le volant et son siège, le chauffeur est mort sur le coup. Ses trois collègues, aussi à bord, s’en sont sortis avec des égratignures au visage et aux mains. Ils ont déjà reçu les soins nécessaires. Outre cette perte en vie humaine, d’importants dégâts matériels ont également été constatés, d’après les explications d’un automobiliste, témoin oculaire.

Sitôt alertés, des gendarmes du poste avancé de Carion ont été envoyés sur place, épaulés par le fokonolona pour porter assistance aux victimes. La désincarcération du père de famille, chauffeur, qui n’était plus, au moment du sauvetage, leur a été plus ou moins difficile.

Le poids lourd chargé de plusieurs tonnes de charbons venait de Moramanga et se dirigeait à Antananarivo quand le pire l’a happé. Il est devenu incontrôlable en franchissant le virage déclive. Après avoir roulé à plein gaz, il s’est renversé et a occupé la moitié de la chaussée. Pas de bouchon des deux côtés.

Avisés
Des villageois ont, immédiatement, accouru vers les lieux de l’accident dès qu’ils ont entendu une forte détonation.
Les agents de constatation dépêchés sur place n’ont pas pu recueillir l’identité du défunt, du fait qu’ils ont encore été occupés par les soins des blessés.
Dès l’après-midi, les charbons ont été déchargés du camion et transbordés à un autre pour être livrés dans la capitale. Le mastodonte a été redressé sur l’accotement.
« Nous insistons toujours sur la visite technique des véhicules pour réduire le risque d’accident de la circulation. Notamment en cette période des vacances, nombreux sont ceux qui partent en province. Tout conducteur doit toujours être prudent, surtout quand on n’est pas habitué de la route nationale », rappelle un officier supérieur auprès du groupement de la Gendar­merie d’Analamanga.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter