Chronique

Chronique de VANF : Lui, Sacha !

Découvrir Sacha Guitry en suivant Michel Sardou : ce dernier, chanteur populaire qui avait arrêté sa carrière en 2018, et finalement moins en relief que celui dont il allait animer le texte. Sacha Guitry que je ne savais pas d’une «autre époque», né en 1885 et mort depuis 1957, tant son nom est étrangement contemporain et d’actualité.
Sans doute en écho répété de ses 124 pièces de théâtre et nombreux films qui semblent se rejouer indéfiniment : en juillet 2019 encore, une pièce «Môa, Sacha !» d’après son oeuvre «Tôa», laquelle jouée en 2020 ; un sujet sur
Sacha Guitry dans «Les Nuits de France Culture», le 17 septembre 2019 ; avec Michel Sardou qui joue donc actuellement dans «N’écoutez pas, Mesdames !», une comédie créée en 1942…

Dans la bande-annonce, Michel Sardou assure la voix off : «Une histoire de femmes… Ah, la femme : exquise raison de vivre… N’écoutez pas, Mesdames ! Parce que je m’adresse aux hommes… Ceux de mon espèce, de ceux qui adorent la femme… Notez qu’on met la femme au singulier quand on a du bien à en dire»…

Sacha Guitry était, dit-on, misogyne. Il semblait pourtant «bien entouré», par «ses femmes, toutes ses femmes, côté cour et côté jardin». L’homme s’est marié cinq fois, et pas pour des passades : un premier mariage qui a tenu dix ans ; un deuxième mariage, treize autres années ; un troisième et un quatrième d’une durée moyenne de quatre ans ; et le cinquième, jusqu’au bout de ses huit dernières années de vie.

Dominique Desanti, dans la biographie de Sacha Guitry et à propos de «N’écoutez pas, Mesdames !», écrivait : «Sous les répliques spirituelles, court l’angoisse de l’homme vieillissant face à une femme trop jeune qui lui échappe…ce qu’il trouve à la fois insupportable et naturel». Sans doute fait-elle allusion aux 22, 29 et 32 ans qui séparaient Sacha Guitry de ses trois dernières épouses. Jacqueline Delubac, de 22 ans sa cadette et qui fut sa troisième épouse, écrit dans «Faut-il épouser Sacha Guitry ?» : «Tu connais les escaliers cachotiers du coeur ! Les drôles de coin !».

À propos de ce dernier sujet, le mariage, les «escaliers cachotiers du coeur», «les drôles de coins», je ne sais lequel de Sacha Guitry écouter et entendre. Celui qui avait écrit «Le Mufle» (1908), «Le Mari, la Femme et l’Amant» (1919) et bien entendu «N’écoutez pas, Mesdames !» (1942) ; ou celui qui avait pu dire : «Ce qui m’étonne c’est que des gens puissent mal jouer la comédie alors que tous, ou presque, ils la jouent du matin au soir et quelquefois si bien !». À moins que ce ne soit celui des «Pensées, Maximes et Anecdotes» : «Le mariage, c’est résoudre à deux les problèmes que l’on n’aurait pas eus tout seul».

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter