Politique

Protectionnisme intelligent : Le Fivmpama et les députés se rapprochent

Une première. Deux heures de discussion autour des lois entravant l’épanouissement des entrepreneurs et entreprises malgaches- marquent la toute première rencontre directe entre députés et dirigeants du Fivondronan’ny Mpandraharaha Malagasy (Fivmpama). Ce rapprochement entre législateurs et entrepreneurs s’est déroulé hier après-midi au siège du Fivmpama. « 95 % des très petites et moyennes entreprises dans la Grande-île est dirigé par des entrepreneurs malgaches surchargés par le poids des impositions et les exigences pécuniaires administratives », enclenche le nouveau président du Fivmpama, Andria-navalomanana Razafiarison, au début de la rencontre.

« Puisqu’on vit tous de cet entrepreneuriat malgache existant, que l’on soit entrepreneur ou consommateur, il est urgent et prioritaire de mettre en adéquation les mesures légales avec les moyens et besoins réels des entrepreneurs nationaux », réagit immédiatement le député Heriniaina Andriambelosoa, président de la commission « Industrie, Secteur privé, PME» de l’Assemblée nationale. Ajuster les lois afin de permettre à chaque entrepreneur de faire vivre une véritable entreprise devient la préoccupation des députés membres de cette commission « Industrie, Secteur privé, PME» mise en place officiellement le jour de la rencontre avec le staff du Fivmpama.

Des lois incitatives

« Députés ou entrepreneurs, nous travaillons tous pour faire développer notre Nation. Il nous appartient à juste titre de collaborer pour produire des normes exigées par le milieu des entrepreneurs qui font vivre nos concitoyens grâce aux entreprises », affirme le député de Fianarantsoa, Guillaume Harinandrasana Raveloson, accessoirement fondateur de la chaire « Culture entrepreneuriale » à l’Université d’Andrainjato.

« Cinq mille diplômés débarquent chaque année sur le marché du travail tandis que cent cinquante mille entreprises seulement existent pour les employer. L’entrepreneuriat devient la voie choisie par plusieurs jeunes en conséquence s’agissant d’un domaine encore vaste », évoque face aux députés le responsable de la commission « Jeunesse et entrepreneuriat » du Fivmpama, Mino Andriamijoro. « Des mesures incitatives, au lieu de prescriptions assorties de sanctions et moyennant paiement de droits onéreux, son t à préconiser. L’entrepreneur, à son début, doit pouvoir vivre et ensuite faire vivre», poursuit-il. L’entrepreneur malgache se trouve actuellement coincé entre les textes favorisant les investissements étrangers, les textes désuets et les textes absents devant protéger et promouvoir le milieu entrepreneurial.

Le député de Fianarantsoa, Guillaume Harinandrasana Raveloson, à la fois entrepreneur, enseignant-chercheur et médecin, propose aux entrepreneurs de « mettre en place des lois qui autorisent la transformation industrielle des denrées existantes à Madagascar comme le Toaka gasy, celui-ci étant transformable en alcool médical». Le vice-président du Fivmpama Rivo Rakotondrasanjy fait part « des attentes des entrepreneurs malgaches par rapport à l’adoption et la mise en vigueur d’une loi sur le bio carburant visant à protéger et à développer les activités dans ce secteur ». Dans l’élaboration des lois, y compris les lois de finances, les entrepreneurs ne sont consultés qu’en dernière minute. Maintenant la donne a changé vers la concrétisation du protectionnisme intelligent.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter