Accueil » Social » ISCAM – L’Aïd El-Kébir célébrée dans la dignité
Social

ISCAM – L’Aïd El-Kébir célébrée dans la dignité

Sheena  et  ses  proches  se  sont  réjouies,  à  la  fête  du  sacrifice.

16 heures chez la famille de Vola Sheena à Alarobia Amboniloha. La table est remplie de victuailles : des moutons et des chèvres, cuisinés de différentes manières: rôtis, grillés, sautés. Différents accompagnements, du riz, de la friture de bananes e t de manioc e t des achards de légumes, se trouvent, également, sur la table. Ces animaux sont ce que Vola Sheena et sa famille ont offert en sacrifice, à l’occasion de l’Aïd El-Kébir, la plus grande fête musulmane. « J’ai offert en sacrifice un mouton et un chèvre, aujourd’hui. Dans notre croyance, le nombre de poils des bêtes offerts en sacrifice correspond au nombre de péchés effacés », explique-telle. Dans la religion musulmane, les femmes ne sont pas autorisées à abattre un animal, Sheena a payé quelqu’un pour le faire à sa place, après la prière collective. La file d’attente a été longue, dans l’abattoir, qui était, également, le lieu de sacrifice.

La famille de Sheena a invité d’autres familles musulmanes qui n’avaient pas le moyen de faire des offrandes, à la rejoindre, dans ce grand festin. Dans la matinée, elle a déjà offert un tiers de ses offrandes aux plus démunis.

Pas obligatoire

Dans l’après-midi, elle a partagé un autre tiers de la viande, à ses voisins et amis non musulmans, et c’est le tiers de la viande que cette famille et ses invités ont partagé, comme la coutume le veut. Le sacrifice n’est pas obligatoire. Ce sont, généralement, ceux qui ont les moyens qui le font.

Les musulmans célèbrent la fin du pèlerinage de La Mecque, à l’Aïd el-Kebir. À l’occasion, ils font un sacrifice pour commémorer la soumission d’Ibrahim à Dieu. Il était prêt à sacrifier son fils pour prouver sa foi en Dieu. Le 20 juillet n’a été que le début des festivités, chez les musulmans. Elles durent quatre jours et ne prennent, donc, fin que le 23 juillet.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter