Accueil » Magazine » Antananarivo – Hausse des décès et des nouveaux cas
Magazine Santé

Antananarivo – Hausse des décès et des nouveaux cas

Le  porteur  du  virus  ne  risque  plus  de  contaminer  si  au  moins  dix  jours après  les  premiers  symptômes,  il  n’est  plus  sous  traitement.

L’épidémie de coronavirus continue à sévir. Antananarivo reste à la tête des villes les plus touchées. Le nombre des cas augmente petit à petit dans les autres régions.

Antananarivo est encore loin de voir le bout du tunnel. Le nombre de décès liés à la Covid-19 augmente, tout comme les personnes nouvellement infectées. Trois parmi les patients qui développent les formes graves du virus au centre hospitalier universitaire (CHU) Joseph Raseta Befelatànana viennent de succomber de l’épidémie. Soixante-onze nouveaux cas sont détectés dans la ville d’Antananarivo et ses districts voisins. C’est le rapport du Centre de commandement opérationnel (CCO), à la date du 20 juillet.

Il s’agit, certainement, du nombre de nouveaux cas le moins nombreux enregistré dans la capitale, ces derniers jours. Samedi, le CCO a, encore, indiqué trois cent nouveaux cas dans la région d’Analamanga. « Cela pourrait repartir à la hausse, si les personnes prélevées augmentent », avance un observateur.

Cas actifs

Antananarivo est l’épicentre de l’épidémie, avec plus de cinq mille porteurs du virus. Toamasina se trouve en deuxième place, avec huit cent cas, Alaotra Mangoro enregistre deux cent cas. Le nombre de cas augmente progressivement à Mahajanga, avec quatre vingt quatre cas, dont trente trois ont été rapportés, hier. Cette ville des fleurs se trouve à la quatrième place.

En quatre mois d’épidémie de coronavirus, le virus est présent dans quarante huit districts des dix-neuf régions. Au moins soixante-deux personnes ont péri. Soixante-douze se trouvent encore sous-oxygène, vingt cinq sont sortis de la forme grave, hier. Plus de sept mille personnes sont atteintes par le virus de la Covid-19. Parmi eux, il y a encore trois mille trois cent cas actifs, dont la plupart seraient des cas modérés et suivent des traitements à domicile. Avec une capacité limitée, les hôpitaux ne peuvent pas recevoir tous les malades. Ils se concentrent sur la prise en charge des formes graves. Par ailleurs, trois mille sept cent patients sont « guéris », les deux cent quatre vingt dix ont été déclarés, hier. « Ils ne risquent plus de transmettre le virus », affirme le professeur Hanta Marie Danielle Vololotiana, porte-parole du CCO. D’après son explication, une personne testée positive à la Covid-19 ne risque plus de propager le virus, si, au moins, dix jours après les premiers symptômes, le porteur du virus n’est plus sous traitement et ne présente plus de symptômes, mis à part des toux sèches qui pourraient être persistantes.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter