Accueil » A la une » Santé de la reproduction – La fécondation in vitro se vulgarise
A la une Social

Santé de la reproduction – La fécondation in vitro se vulgarise

Des  nombreux  couplent  demandent  actuellement  la fécondation  in vitro.

L’infertilité touche de nombreux couples. Des solutions médicales, comme la Fécondation in vitro, existent pour pallier le problème.

UNE solution à la stérilité. Ilo, (nom d’emprunt), et son mari se préparent pour une fécondation in vitro (FIV). Après sept années d’échecs dans la conception d’un bébé, de façon naturelle et avec l’insémination artificielle, ils ont décidé d’opter pour cette technique. La FIV consiste à reproduire dans un laboratoire la fécondation, avant de transférer l’embryon dans l’appareil génital de la femme. Cette fécondation in vitro est le dernier espoir de ce couple. Ilo et son mari ont cherché tous les moyens pour identifier les causes de leur problème de fécondation, mais en vain. « Nous ne devrions pas avoir de problème pour concevoir un bébé. Pourtant, nous n’arrivons pas à en avoir. Nous avons fait des analyses jusqu’à l’étranger, les résultats n’ont montré aucun problème », témoigne cette trentenaire, hier.

Elle est touchée par l’infertilité inexpliquée. La stérilité peut être nocive à la vie d’un couple. Ilo et son mari, toutefois, ont toujours su se soutenir durant ces épreuves. Chez un gynécologue-obstétricien, dans le centre-ville d’Antananarivo, environ trois patients par semaine le consulteraient pour ce problème.

L’infertilité gagne du terrain

« Les causes de l’infertilité sont multiples. L’infection génitale qui touche les femmes est l’une des principales raisons. Elles ont du mal à concevoir un bébé, car leurs trompes sont bouchées. », explique ce gynécologue-obstétricien.

De nombreux couples demandent la fécondation in vitro. Au Centre médical Hasiniaina (CMH) à Andavamamba, un centre qui se spécialise dans la reproduction, plusieurs couples viennent se renseigner sur cette technique médicale. Pour être plus efficace, ce centre la suggère aux femmes de 30 à 40 ans.

La FIV est déjà pratiquée à Madagascar. Mais étant donné que la technique n’est pas encore complètement maîtrisée par les scientifiques malgaches et qu’elle nécessite du matériel spécial, des spécialistes étrangers viennent en renfort aux équipes médicales malgaches.

À l’étranger, la FIV peut coûter jusqu’à 5 000 euros. L’intérêt pour les couples qui décident de le faire à Madagascar, c’est que le coût sera moins cher. Ils seront exemptés des frais d’hébergement et de voyage. Le CMH prépare sa première FIV, pour cette année.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter