A la une Santé

Remède contre le coronavirus – Deux guérisons par le Covid-organics selon le Président

Le couple présidentiel a donné l’exemple en ingurgitant devant l’assistance une bouteille de Covid-Organics.

Validé pour la prévention, les tests sur la vertu curative du CVO seraient toujours en cours. Le chef de l’État annonce, néanmoins, que le remède aurait guéri deux patients.

OPTIMISME. C’est le mot d’ordre de la présentation officielle du Covid-organics (CVO), à Avarabohitra Itaosy, hier. Durant cet événement sous des airs de cérémonie d’État, les orateurs ont vanté les mérites de ce remède « vita Malagasy ». Deux cas de guérison à l’issue des premiers tests sont même soulignés.

« Nous pouvons affirmer, aujourd’hui, que le Covid-organics donne des résultats encourageants », exalte Andry Rajoelina, président de la République. Alors qu’il indique que « les travaux de recherche continuent pour l’élaboration d’un protocole curatif plus poussé », en conclusion de son allocution, le chef de l’État soutient d’entrée que « deux patients ayant pris ce remède que nous produisons à Madagascar, sont guéris ».

Andry Rajoelina renchérit, « remède traditionnel amélioré (…) dans la réduction et l’élimination des symptômes est prouvé ». La formule composée par l’Institut malgache de recherche appliquée (IMRA), est à base d’artemisia et d’autres plantes médicinales.

Selon Charles Andrian­jara, directeur général de l’IMRA, affirme aussi que « les observations cliniques ont montré une tendance prometteuse à son efficacité curative ». Le nombre de sujets sur lesquels les tests ont été faits n’est pas communiqué, pour l’heure.

Prévenir et guérir

Le numéro un de l’IMRA parle d’« observation clinique ». Terme mieux approprié lorsqu’il s’agit de plante médicinale, selon lui. Il ajoute que le constat sur l’usage d’une plante médicinale dans le temps est aussi considéré.

Le fait que l’artemisia, notamment, ait été utilisée depuis plusieurs centaines d’année en Chine, a ainsi été mis en exergue hier. Pareillement, sur le fait que plusieurs publications scientifiques vantent « les multiples vertus » de cette plante. Que déjà utilisé par l’IMRA dans les années 70, l’Institut a pu collecter des données sur ses effets secondaires et son efficacité comme antipaludique.

Dans une publication en octobre 2019, l’Organisa­tion mondiale de la santé (OMS), émet des réserves sur « l’efficacité des formes non pharmaceutiques de l’artemisia », sur le paludisme. Les autorités malgaches, le président de la République en frontline, cependant, ont foi en l’efficacité du CVO pour « prévenir et guérir », le coronavirus.

Tous misent, par ailleurs, sur l’expérience et la notoriété de l’IMRA fondé par le professeur Albert Rakoto Ratsimamanga en 1957, pour convaincre les sceptiques et l’opinion internationale. En attendant les résultats des « observations cliniques », sur les vertus préventives du CVO contre le coronavirus est affirmé et « recommandé », par l’Etat. Il compte, justement, vulgariser la prise du Covid-organics par la population.

2 commentaires

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  •  » Cas observationnels  » ou  » observations cliniques  » ne constituent pas des preuves de niveau scientifique élevé dans les études publiées dans les revues Médicales de référence . C’est la principale raison de la non validation par la communauté scientifique des conclusions du Professeur Raoult à Marseille pour l’hydroxychloroquine parce qu’il n’y a pas de groupe témoin . Un essai clinique robuste se base sur des études randomisées avec des groupes malades et des groupes témoins ou placebo . Si le président de la république parle de deux cas guéris par ce covid organics on est très loin de la rigueur méthodologique prônée pour une pertinence statistique . Et on va tomber sûrement sur les problèmes éthiques de la mise à la disposition au grand public comme à l’école . Le principe du volontariat serait plus approprié et non le caractère obligatoire . Il n’est pas de notre ressort de critiquer un produit issu de la pharmacopée du terroir surtout élaboré dans un institut de recherche qui fait la fierté des Malgaches mais il y a dans toute recherche d’un enjeu mondial face à une crise sanitaire des normes et standards internationaux à ne pas transiger . N’oublions pas que l’Artémésia n’a pas reçu l’autorisation de mise sur le marché dans des pays à la pointe de l’innovation Médicale même si les citoyens dans ces pays ont une défiance contre les big pharma et les Médicaments à produits chimiques classiques .Tomber dans le piège du « repli sur soi » et le  » populisme  » tout en défiant les institutions sanitaires mondialement reconnues comme l’OMS est un combat perdu d’avance . J’ai bu l’eau de Manangareza , je fais confiance à certains produits Homéopharma mais jusqu’à preuve du contraire je ne boirai le covid organics que si nous devrions passer les vacances à Nosy Be par exemple et à titre de prévention du paludisme .
    MACKY SALL le président Sénégalais n’a pas opté pour le confinement et c’est un signal fort pour les pays Africains car cette mesure suicidaire pour l’économie est loin d’être adaptée à la densité , la pauvreté et l’indiscipline de la population . Les dernières recommandations de notre président de la république vont dans le bon sens en privilégiant justement l’économie avant tout . La Suède à la lueur du nombre de décès loin d’être catastrophique comme on l’avait prédit est entrain de gagner le pari de l’immunité collective .