Accueil » A la une » Coronavirus – Andry Rajoelina révèle trois cas confirmés
A la une Social

Coronavirus – Andry Rajoelina révèle trois cas confirmés

« Les décisions seront réévaluées au fur et à mesure de l’évolution de la situation », soutient le Président.

La pandémie de coronavirus s’invite dans la Grande île. Trois personnes rentrées de France, récemment, ont été testées positives à la maladie.

Trois. Un chiffre qui indique le nombre de mois durant lequel Madagascar a su résister à une invasion du coronavirus. Trois, est aussi, le nombre de cas d’infection au Covid-19, confirmés par Andry Rajoelina, président de la République, hier. Les personnes porteuses sont trois femmes ayant débarqué de France et de Maurice, durant les derniers jours d’ouverture des frontières.

Plusieurs rumeurs circulaient depuis la matinée. L’inquiétude était à son paroxysme chez les initiés et dans le monde de la presse, en fin d’après-midi. Le prési­dent de la République l’a confirmé en milieu de soirée, dans une déclaration à la nation. Le scénario présenté à l’écran indiquait d’entrée la gravité de l’information qu’il allait annoncer.

« J’ai reçu les résultats des analyses de l’Institut pasteur confirmant que trois personnes sont porteuses du coronavirus », a déclaré le chef de l’État, le visage fermé.

Il s’agit de trois femmes qui sont rentrées récemment de France et de Maurice. Agées respectivement de 41, 19 et 45 ans, elles ont débarqué le 17, 18 et 19 mars, via des vols Air France, Air Mauritius et Air Madagascar. L’allocution présidentielle précise que deux d’entre elles sont de nationalité malgache. Celle âgée de 19 ans, est passée par l’île Maurice avant de rejoindre Madagascar, selon ses explications.

« Leur état de santé n’est pas inquiétant, jusqu’ici. Elles sont en quarantaine et sous haute surveillance médicale », rassure, toutefois, le locataire d’Iavoloha. Il affirme que tous ceux ayant partagé les vols avec les trois personnes testées positives au Covid-19, ou qui les ont côtoyés depuis leur retour, « sont tous identifiés et en quarantaine ».

Le discours d’hier indique que l’hôpital d’Andohata­penaka sera affecté aux soins des cas de coronavirus. Au numéro vert d’information 910, s’ajoute le 913 pour ceux qui requièrent des prises en charge médicale.

Challenge sanitaire

« Toutes les dépenses seront prises en charge par l’État », souligne Andry Rajoelina. En réponse à l’incursion du coronavirus, Andry Rajoelina décrète l’interdiction de toutes réunions et attroupements.

Si certains ont pris les devants, hier, le chef de l’État a annoncé la fermeture de tous les établissements scolaires. Tous les événements sportifs et culturels sont annulés. Une mesure avec effet immédiat et qui s’appliquera durant quinze jours. « Les décisions seront réévaluées au fur et à mesure de l’évolution de la situation », soutient le Président. Les éléments des forces de l’ordre ont fait le tour des lieux de fête, hier soir, pour appliquer la décision présidentielle.

Les autorités religieuses se réuniront, aujourd’hui, pour décider de la posture à adopter, surtout que les fêtes de Pâques approchent. Cette mesure sanitaire devrait, du reste, chambouler la commémoration du 29 mars 1947, et le début des festivités du 60e anniversaire du retour à l’indépendance, dont le coup d’envoi est prévu le 4 avril. « Cela ne signifie pas que la vie de la nation s’arrête », tempère, toutefois, le chef de l’État.

Seulement, l’information d’hier a créé une vague de panique chez une partie des habitants. L’existence de personnes rentrant récemment de l’étranger qui fanfaronnent sur les réseaux sociaux, alors qu’ils sont, en principe, soumis à l’obligation de confinement n’est pas rassurante. Une frénésie égoïste de surconsommation semble avoir gagné certains. Les grands magasins et les pharmacies sont pris d’assauts.

Les prix de certains articles médicaux atteignent soudainement des sommets. « J’invite tout un chacun à prendre soin de sa santé. (…) Le temps est à la prise de responsabilité », souligne Andry Rajoelina. Céder à la pani­que risque d’ajouter une crise financière et sociale à la crise sanitaire. D’aucun ont, toutefois, conscience des difficultés du pays, de l’extrême pauvreté d’une grande partie de sa population.

Dans une société où incivisme, promiscuité sont le quotidien des habitants, où certains n’ont pas accès ou font fi des services d’hygiène de base, une prise de conscience et de responsabilité à la fois individuelle et collective, s’impose.

Il est impératif de suivre à la lettre les mesures de prévention. L’enjeu est de combler les insuffisances des moyens publics et gagner ce qu’un responsable régional de l’Organisation mondiale de la santé qualifie « challenge sanitaire ».

3 commentaires

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • Prévisible ! On a vu un président de la république avec un ton grave , la gorge nouée à certains moments et conscient de la gravité de la situation . La tentation de jeter l’anathème à ces « cas importé » relève d’une ignominie .Acceptons sereinement que c’est dans l’ordre normal des choses en cas de pandémie . Le pays doit maintenant mobiliser toutes les ressources humaines en personnel de santé et faire un inventaire exhaustif de nos capacités matérielles pour la prise en charge des cas graves . L’approvisionnement en masques FFP2 et l’acquisition en nombre suffisant de respirateurs artificiels avec l’évolution de la crise sanitaire risque d’être problématique au pic de l’épidémie .Déjà si la population adhère au principe de la « distanciation sociale » et applique à la lettre les mesures « barrière » un grand pas serait fait pour contenir la propagation du COVID-19 .Nous devrons toujours faire preuve de réalisme que nous sommes un pays pauvre . L’épicentre de la pandémie est en Europe actuellement mais l’ OMS craint fort pour l’Afrique . La banque centrale Européenne vient de débloquer 750 milliards d’euros pour les pays de l’espace SHENGEN . Le président Français a annoncé 5 milliards d’euros dans l’immédiat pour la recherche axée sur un traitement et un vaccin contre le SARS-CoV-2 . Donald TRUMP vient de reconnaître malgré son animosité pour la Chine que l’hydroxychloroquine est bien une molécule prometteuse . Nous avons reçu une aide symbolique de 3,7 millions de dollars de la banque Mondiale pour affronter le COVID-19 . La question n’est pas de discréditer un tel appui financier mais en connaissance de cause face à l’ampleur éventuelle de l’épidémie il y a une réelle inadéquation .
    Les pays bas et la Suède persistent dans leur approche à endiguer l’épidémie dans la logique de l' »immunité collective » en laissant-faire . C’est un pari éthiquement contestable sur le fait d’accepter un nombre de décès conséquent qui heurtera la conscience . Mais ça reste une position fondée sur des bases épidémiologiques fiables et devrait constituer une matière à réflexion pour les autorités sanitaires des pays pauvres .

  • Il ne manquait plus que le Coronavirus ! Avce toutes les maladies mortelles qui trainent déjà à Mada en permanence, c’est à se demander si cette ile n’est pas un musée des virus et maladies graves. Ne manquait à la collection que le Coronavirus, c’est chose faite. En tous cas à Paris, on se croirait Berlin Est avant la chute du mur quand les VoPo (volkpolizei ) vous tomabient dessus à chaque fois que vous adressiez la parole ou que vous sortiez de chez vous ! On se croirait « le jour d’après », ce qui reste d’une métropole européenne après une invasion de Martien ou une explosion nucléaire ..Pas un chat dans les rues, des escadrons de policiers armés qui fondent sur vous dés qu’il aperçoivent, quelques Parisiens terrorisés qui sortent du métro après avoir fait leur courses dans un supermarché désert, dévalisés par les client et à l’accés restreint. Ce n’est pas sinistre pour autant, car il a pas mal d’opportunité pour ceux qui connaissent bien Paris et ont le gout de l’aventure. Les régles ont changé, c’est tout !! MOFO LANY

  • C est vraiment n importe quoi en tant que Malgache qui n est pas étranger à la pauvreté du pays qui se permet de balader parce qu elle a pu payer un billet d avion qui se trouve qu elle n a pas payé avec son salaire si elle a travaillé en sachant la gravité que tout les monde est au courant avec l information qui tourne en boucle ça mérite meme pas de les soigner à la sortie de l avion elle aurait du isolé si elle s en sorte tant mieux et si c est le contraire y en a qui a passé avant c est pas la peine de pourrir de la vie des autre qui n a rien demander c est honteux

Voir aussi