Politique

Gouvernement – Démission des ministres candidats

Actée. Les lettres de démission des deux minis­tres candidates aux élections législatives ont été déposées, hier. Des démissions qui auraient été acceptées, puisque, selon Lalatiana Rakoton­drazafy, ministre de la Com­mu­nication et de la culture, contactée par un collègue, la question de leur remplacement a été discutée durant le conseil des ministres d’hier.

L’Exécutif, selon la porte-parole du gouvernement a décidé de ne pas procéder à un remaniement, mais a tranché pour l’intérim. Pour le ministère de l’Éducation nationale, ce sera donc, la professeure Félicitée Madeleine Rejo-Fienana, ministre de l’Enseignement supérieur, qui se chargera de l’intérim. À la tête du ministère de la Population, l’intérim est attribué à Tianarivelo Razafi­mahefa, ministre de l’Intérieur.

Quota respecté
Les deux ex-ministres, candidates à la députation que sont Marie Thérèse Vola­haingo, ancienne ministre
de l’Édu­cation nationale, et Irmah Naharimamy, ancienne ministre de la Population, se sont pliées à l’obligation constitutionnelle, de déposer leur démission. Elles quittent donc le gouvernement au lendemain de la publication par la Commission électorale nationale indépendante, de la liste officielle des prétendants à siéger à l’Assemblée nationale.

« Les fonctions de membre du gouvernement sont incompatibles avec l’exercice de tout mandat public électif (…) Tout membre du gouvernement, candidat à un mandat électif, doit démissionner de ses fonctions sitôt sa candidature déclarée recevable », prévoit la Loi fondamentale. Au regard du choix des intérims, le quota politique au sein de l’équipe de Christian Ntsay, Premier ministre, est, de prime abord, maintenu.

La candidate Volahaingo est issue des rangs du parti « Malagasy miara-mihainga » (MMM). C’est la ministre de l’Enseignement supérieur, Félicitée Madeleine Rejo-Fienena, qui fait partie de cette formation, actuellement au sein de la coalition « Isika rehetra miaraka amin’i Andry Rajoelina », qui assure l’intérim à la tête de son ancien département. Pareillement, la candidate Naharimamy est une des figures du parti « Tanora Malagasy vonona » (TGV). L’intérim à la tête de son ancien ministère sera géré par le ministre de l’Intérieur, Tianarivelo Razafimahefa, qui durant la formation du gouvernement de consensus a été présenté comme issu du camp Orange.