A la une Actualités Economie

Prix du carburant – Accord entre les pétroliers et l’État ?

Avec une baisse de 140 ariary par litre, les automobilistes peuvent-ils espérer un prix à la pompe révisé aussi à la baisse ?

Le nouveau mode de calcul du prix à la pompe devrait être défini dans les prochains jours. Les pétroliers ont proposé une baisse de 140 ariary par litre sur leur bénéfice.

Entente trouvée ? Après plusieurs mois d’âpres négociations, l’État et les pétroliers semblent avoir trouvé un terrain d’entente sur la définition du prix à la pompe. Le conseil de gouvernement d’hier a évoqué l’adoption du décret de fixation du prix maxima à la pompe. Bien que cette mesure soit un exercice périodique des autorités, son adoption reste un fait révélateur dans un contexte où des discussions étaient menées pour déboucher à une nouvelle structure du prix à la pompe. « Un arrêté devrait définir temporairement un nouveau mode de calcul. Les négociations vont se poursuivre encore pour conclure la toute nouvelle structure du prix », confie une source proche du dossier.
Face à la pression de l’État, les pétroliers ont proposé de réduire leurs marges bénéficiaires. « Malgré les contextes difficiles marqués par la hausse incessante du prix du pétrole, de la dévaluation de l’ariary, nous avons soumis une proposition aux autorités une baisse de 140 ariary par litre de carburant, c’est-à-dire 100 ariary sur la distribution, 10 ariary sur le frais de passage au terminal à Toamasina et 30 ariary pour la Logistique Pétrolière », a déclaré au téléphone Benjamin Memi, directeur général de Jovena. Cet effort aura sans doute des impacts sur le fonctionnement des compagnies pétrolières. « Il faut revoir dans le temps cette marge car elle va mettre à mal notre capacité à développer le secteur », a fait savoir ce responsable. Avec un volume de consommation annuelle d’un million de mètre cube, c’est 140 milliards ariary de moins sur leur chiffre d’affaires.

Superprofits
Depuis le mois d’octobre, le gouvernement et les pétroliers sont entrés en négociation pour fixer une nouvelle structure du prix à la pompe. Pour arrondir l’angle de l’impact de la révision de taxe sur les produits pétroliers, les autorités avancent que les compagnies pétrolières réalisent de superprofits sur chaque litre de carburant vendu avec l’actuel mode de calcul du prix à la pompe. Le rapport d’un cabinet indépendant engagé par la Banque mondiale sous la main, les autorités avancent que les pétroliers réalisent un bénéfice de 700 ariary par litre. Les données récentes lors de la dernière révision du prix à la pompe au mois de décembre visible sur le site de l’Office malgache des hydrocarbures (OMH) révèlent pourtant que les frais et marges de distribution représentent 522 ariary par litre de carburant.
Mais ils doivent décaisser une partie pour les charges, les impôts de la compagnie…
Quel serait ainsi le prix affiché sur le tableau de la pompe ? Pour obtenir plus d’information à ce sujet, nous avons tenté de contacter en vain les responsables du ministère de l’Eau, de l’énergie et des hydrocarbures. La projection des spécialistes du marché évoque pourtant une hausse probable du prix à la pompe. Celle-ci est due aux récupérations du manque à gagner des pétroliers depuis la non révision du prix à la pompe au mois de janvier sans parler du comportement volatile du prix du brut sur le marché international. Le suspense reste entier.

Lova Rafidiarisoa

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter