A la une Social

Assainissement – Des marchands réclament une mesure provisoire

Une négociation a eu lieu entre les marchands et  la Commune pour trouver un terrain d’entente.

Des marchands qui ont contesté la décision manifestent devant l’Hôtel de ville. Ils devraient s’installer dans des structures déjà en place ou dans des structures provisoires.

Après l’opération d’assainissement des marchands de rue à Tsaralalana dans la matinée, ces derniers ont haussé le ton. Ils ont manifesté devant l’Hôtel de ville, hier, afin de réclamer une mesure provisoire à leurs cas. « On n’a nulle part où aller si on devait libérer les trottoirs. Qu’est ce que nous allons faire dans ce cas ? », s’interroge Sidonie Hantamalala, un des marchands ambulants à Tsaralalana. Ces marchands venant de Tsaralalana et d’autres quartiers avancent qu’en attendant leur installation dans un marché, il serait mieux pour eux de continuer leur commerce mais il s’agit de prendre le moins de place possible. « Nous devons nourrir notre famille à partir de cette activité. Ce que nous demandons, c’est de ne pas entraver la circulation. Mais que nous continuons notre activité jusqu’à ce qu’on trouve un emplacement convenable », enchaîne-t-elle. Du côté de Tsaralalana, la circulation a été plus ou moins fluide puisque les marchands ont quand même libéré les trottoirs. Des éléments de force de l’ordre étaient sur place pour surveiller le déroulement de l’opération.

Provisoire
D’un autre côté, le mot d’ordre est strict quant à l’assainissement des marchands des rues. « Ce qu’il ne faut pas oublier, afin de continuer dans le cadre de cet assainissement, le trottoir est réservé au piétons et non pas aux marchands. La décision est toujours en vigueur. Il n’y aura pas de machine arrière», martèle Rija Andriamiarisoa, Responsable des marchés au niveau de la commune urbaine d’Antananarivo. Après la manifestation d’hier, le responsable a souligné que la décision était claire et que les marchands devaient regagner l’emplacement qui leur est destiné. « Une descente avec les techniciens sera organisée afin de voir l’infrastructure qui doit accueillir les marchands », souligne-t-il. Pour le moment, l’emplacement sera provisoire, tandis que, pour certains marchands, ils doivent regagner les structures déjà en place. « Dans les marchés comme celui d’Anosibe et de Namontana, il y a encore des places libres pour une partie de ces marchands. Pour les autres, ils devront s’installer dans les structures provisoires », conclut-il.