Accueil » A la une » Hommage – La disparition de Nary affecte le monde musical
A la une Culture

Hommage – La disparition de Nary affecte le monde musical

Moment fatidique avant l’incinération au corps de Nary au crématoruim du Fasan’ny Karana.

La disparition soudaine de l’une des icônes de la variété malgache, Nary du groupe ‘Zay a particulièrement ému la communauté artistique et les mélomanes ce week-end.

Les mots manquent et c’est le cœur lourd que la triste nouvelle qui met à terre toute la communauté artistique a été relayée dans la soirée du vendredi. Andrianary Zafindrakoto, l’un des plus talentueux auteurs et compositeur musical de sa génération nous a tragiquement quitté au summum de sa carrière. Plus communément connu par tous les mélomanes et ses milliers de fans sous son nom de scène, Nary du groupe ‘Zay, il est et restera sans doute à jamais cet éternel romantique qui a bercé plusieurs générations de ses douces ballades depuis un bon quart de siècle maintenant.

Voici 25 ans maintenant qu’il a aidé plus d’un gars à conquérir le cœur de leur chère et tendre à travers ses mots, le tout savamment sublimé par ses mélodies à la guitare. 25 ans de scène que Nary a été plus que fier de célébrer il y a à peine une dizaine de jours maintenant au palais des Sports et de la Culture Mahamasina pour le plus grand plaisir de ses inconditionnels.

Avec Malala, il a formé un duo iconique de la scène musicale malgache avec ‘Zay, mais désormais rien ne sera plus jamais comme avant.

« Un poète et éternel romantique »

Le fait est que c’est l’âme même du groupe qui vient de s’éteindre, Nary n’est plus et c’est toute une génération qui pleure sa disparition.

À l’unisson, tous pleurent la disparition de Nary, depuis ses plus proches collaborateurs à ses illustres pairs musiciens, en passant par de simples fans qui ont eu un jour le privilège de le côtoyer. Parti trop tôt, voire fauché dans la fleur de l’âge, l’auteur et compositeur émérite qu’il est laisse un grand vide dans le milieu musical par sa disparition. Tous se rappellent de cet artiste d’une grande humilité, mais qui s’est toujours affirmé comme un perfectionniste également afin de toujours émerveiller son public. Fanja Andriamanantena, illustre auteure et compositrice souligne « Je me rappellerai toujours de notre première rencontre en 1995, de la genèse même de votre groupe et de ce moment exclusif où j’ai eu le privilège d’entendre tes compositions. Ton absence se fait déjà ressentir Nary et tu laisses un grand vide dans le cœur de tes fans». Chanteur et humoriste émérite, Gothlieb rajoute « Il est difficile de trouver les bons mots en de telles circonstances, mais saches que tes chansons resteront éternelles Nary ».

« Bon vent Nary ! »

Njakatiana d’affirmer « C’est juste trop soudain, il avait encore beaucoup à nous offrir, mais ainsi va la vie. Force au groupe ‘Zay et sa famille ». Tous se rappellent de cet homme un brin farceur, taquin et moqueur, mais qui s’affiche aussi comme étant convivial et accessible à tous. « Peu importe les moments que l’on a traversé dans notre vie, mais surtout dans notre vie amoureuse, Nary en a sûrement déjà écrit une chanson » souligne Aina Fenohery, un inconditionnel du groupe.

Le cœur brisé, on a toujours privilégié ses compositions pour nous remonter le moral et pour nous réconforter. En tombant amoureux ou amoureuse, on se rassure en écoutant ses paroles. Voici malheureusement venu le jour, où les paroles de « Nantenaina» et « Rehefa any » prennent tout leur sens pour Nary. « Tsy mba hanana ahiahy aho rehefa any. Tsy hanenina na dia kely aza, tsy hisento koa na hitomany fa efa teo anilanao tety an-tany » nous chanta-t-il. Nary a été incinéré dans l’après-midi du samedi et sa famille se recueillera encore à la maison funéraire Tsaralevenana Ambohibao ce jour. Au revoir l’artiste.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter