Accueil » Social » Sécheresse – Atsimondrano privé d’eau
Social

Sécheresse – Atsimondrano privé d’eau

Le  prix  du  bidon  pourrait  grimper  jusqu’à  2  000  ariary

La population de plusieurs communes du district d’Atsi­mondrano est confrontée à une coupure d’eau incessante depuis près de cinq jours. C’est le cas des communes d’Ando­harano­fotsy, Soavina, Tanjom­bato et Iavoloha. « Le robinet est à sec depuis des jours », déplore un habitant d’Anka­raobato. Certains quartiers comme celui du Soamavory fokontany Ankadilalampotsy ont eu des problèmes d’approvisionnement d’eau depuis longtemps.

Dans la commune d’Anka­raobato, cinq communes n’ont pas de bonbonnes pour puiser l’eau provisoirement venant de la Jirama. Il s’agit de Antsa­hasoa, Antanetisoa, Ambohi­bahiny, Antanivoanjo, et Ankadinandriana. « Cinq mille ménages sont touchés par cette coupure d’eau dans la commune d’Ankaraobato. Seuls deux fokontany disposent de citernes provisoires. Les autres fokontany devront encore attendre », indique Herinjato Ramamenosoa, maire de la Commune d’Anka­raobato.

Pour affronter ce problème, certains habitants ont dû acheter des bidons d’eau à des revendeurs. Le prix de chaque bidon revient plus cher.

Dans ce quartier qui n’est pas habitué à une telle situation, chaque ménage adopte une solution provisoire pour s’en sortir. « On est obligé de chercher de l’eau dans les autres quartiers. On essaie également d’acheter des bidons auprès des revendeurs d’eau. Alors que les bidons jaunes coûtent cher. Le prix avoisine les 2000 ariary », souligne Lalao.

Au niveau du fokontany Ankaraobato, de nombreuses doléances ont été reçues par les responsables, en ce qui concerne les conséquences sur la vie quotidienne des habitants.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter