Accueil » Faits divers » Soanierana Ivongo – Deux bandits charcutent un garçon
Faits divers

Soanierana Ivongo – Deux bandits charcutent un garçon

L’hôpital  de  Fénérive-Est  où  est  soigné  le  garçon.

Un petit garçon de 10 ans a reçu un coup de coupe-coupe dans le cou, hier vers 3h30 du matin, à Soanierana Ivongo. Cet acte criminel a été l’œuvre de deux voleurs.

ODIEUX. Un garçon âgé de 10 ans a été évacué de Soa­nie­ra­na Ivongo et admis à l’hôpital de Fénérive-Est, hier. Son pronostic vital serait engagé, selon les informations recueillies. Il a froidement été charcuté par deux malfaiteurs qui ont fait intrusion chez eux pour voler vers 3h30 du matin.

L’enfant est blessé gravement après avoir été frappé à coup de machette au cou.

Il vit avec ses parents dans le fokontany de Mahatera. Les bandits sont venus cambrioler leur maison. Réveillé par les bruits, il a rapidement allumé sa lampe de poche pour voir ce qui se passait. Tout d’un coup, les malfrats l’ont balafré. Ils ont tenu sa famille en respect pendant qu’ils ramassaient leur butin. Ils sont repartis avec une somme de 80 000 ariary, les téléphones des victimes et d’autres objets de peu de valeur.

Monstrueux

Dans une urgence absolue, les villageois se sont serrés les coudes avec le maire de Fénérive-Est pour trans­porter le garçon jusqu’à l’hôpital de cette commune où il a été pris en main par l’équipe médicale. D’après l’élu, les forces de l’ordre feront tout pour identifier et arrêter les auteurs de ce crime monstrueux.

Le chef fokontany n’a avisé la gendarmerie qu’à 8 heures du matin. Ce décalage de quatre heures et demie réduit effectivement la chance de retrouver immédiatement les criminels. Tout de même, des gendarmes y ont été dépêchés pour effectuer les constatations, mener une enquête de voisinage et une collecte de renseignements territoriaux. Ils étaient toujours sur les lieux, hier après-midi, où leur supérieur a été joint par téléphone.

L’insécurité devient préoccupante à Mahatera. Suivant les témoignages glanés par un collègue sur place, une attaque armée s’y est produite, au cours de la nuit de mardi. Un foyer a été pris pour cible par les malfaiteurs. Pendant ce vol qualifié, la bande a emporté dix kilos de girofle avec d’autres biens. Ils ont pris le large dans le noir, ne laissant aucune trace. Dans les soixante-douze heures suivantes, voilà qu’une autre famille a également été victime. Un vol a été aggravé d’une vie humaine mise en jeu.

1 commentaire

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • Hélas, tel est le quotidien tragique de la dure vie à Madagascar.. Attaque à main armée pour dévaliser une cargaison de girofles.. La vie humaine vaut moins qu’un kilo de matière botanique dans ces parages désolés..Triste

Voir aussi