Accueil » A la une » Salon de l’habitat – La politique de logement à parfaire
A la une Economie

Salon de l’habitat – La politique de logement à parfaire

Le premier objectif de l’ANALOGH est de garantir l’accès à un logement décent pour chaque ménage.

La capitale frôle la surcharge démographique. Des solutions pérennes sont attendues.

Dysfonction­nements. La problématique des logements est liée à la migration, l’insécurité foncière, la pauvreté, l’insuffisance d’infrastructures d’accueil et d’assainissement dans la capitale et sa périphérie. Un constat sur lequel un bon nombre d’exposants du Salon de l’Habitat, ouvert depuis hier au Forello Expo Tanjombato, sont d’accord. Pourtant Antananarivo offre un potentiel en marché immobilier conséquent selon les professionnels présents à Tanjombato.

« La Grande île connaît une croissance démographique importante, si nous devions prendre en compte la croissance économique annoncée par la Banque Mondiale pour Madagascar, soit 5.8% pour l’année dernière avec une tendance haussière, il devient urgent de programmer la construction d’une nouvelle ville, les matériaux et le savoir-faire sont opérationnels. À l’image de la maturité du Salon qui en est aujourd’hui à sa deuxième décennie d’existence. Reste la volonté politique », explique Michel Domenichini Ramiaramanana, organisateur.

Le secteur de l’immobilier est en pleine effervescence dans la capitale de Madagascar. Même les investisseurs étrangers s’y mettent, avec l’évolution du marché qui favorise un taux de rendement élevé pour les investissements.

Bas quartier

Portés par les faibles taux d’intérêt, les emprunteurs ne cessent d’accroître leur taux d’endettement. Ce qui favorise très nettement la hausse du nombre de transactions sur le marché immobilier dans la capitale ces dernières années.

D’un autre côté, dans les bas quartiers la donne est tout autre. « Nous ne pouvons faire mieux, c’est notre vie quotidienne de côtoyer les inondations, la pauvreté, l’insalubrité, l’insécurité » déplore une mère de famille habitant du côté du pont de Bekiraro Isotry. Cette mère de famille de cinq enfants est obligée de louer parmi des maisons de fortune dans le quartier, insalubres, sans eau ni électricité, ni système d’évacuation convenable.

Dans une tentative de résolution de ce genre de situation, des protocoles d’entente entre le secteur privé, des organismes sociaux et les autorités en charge du logement ont été effectués hier. « Garantir l’accès à un logement décent pour chaque ménage afin de réduire la pauvreté et veiller au bien-être de la population malgache, constituent les premiers objectifs de l’Agence Nationale d’Appui au Logement et à l’Habitat (ANALOGH) » explique Hasina Landry Razafindrakoto, lors de la signature d’un protocole d’entente tripartite entre cet organisme, la banque Bni Madagascar et la Caisse Nationale de Prévoyance Sociale. « L’idée est de mutualiser les compétences des différentes entités pour proposer des solutions optimales en faveur des acquéreurs des logements construits par l’ANALOGH » ajoute Mamy Rakotondrainibe et Alexandre Mey, respectivement, directeur général de la Cnaps et de la Bni Madagascar.

1 commentaire

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi