Social

Météo – Risque accru des impacts de cyclone sur l’île

La saison cyclone sera active. Plusieurs activités cycloniques sont prévues passer autour de Madagascar.

Des activités cycloniques auront probablement des impacts sur Madagascar, en cette saison cyclonique. Deux à quatre cyclones vont passer autour de Madagascar et un à deux toucheront terre, selon la prévision de la direction générale de la Météorologie, publiée au mois d’octobre. Météo-France annonce, par ailleurs, que « le contexte est visiblement propice à l’impact sur les terres habitées pour cette saison cyclonique. Selon les tendances, l’activité cyclonique devrait majoritairement être localisée sur la partie habitée du bassin du Sud-Ouest de l’océan Indien ». La vigilance concerne autant Madagascar que les autres îles de l’océan Indien.

Il y a une possibilité qu’un cyclone entre au Nord-Ouest ou au Nord-Est de l’île. Et ce risque serait élevé. « Le fait que la température de l’océan Indien soit élevée augmente ce risque. La possibilité de transformation du phénomène El Nino en La Nina favorise, par ailleurs, la formation de cyclone », explique Tatianà Andry Arivelo, directeur des Recherches et de développement hydrométéorologique auprès de la direction générale de la Météorologie.

Prévisions
Cette température de la mer serait, même, plus élevée que d’habitude, à cause du changement climatique, engendrant, ainsi, une intensification des activités cycloniques. Des cyclones tropicaux intenses à très intenses pourraient roder autour de l’île, voire entrer sur nos côtes, selon les prévisions. Pour le moment, aucun risque de cyclogenèse n’est prévu dans le bassin du Sud-Ouest de l’océan Indien. D’autres sources informent que les chances de cyclogenèse sont faibles, en ce mois de novembre. Le contexte actuel ne serait pas propice.
Du côté du Bureau national de la Gestion de risque et catastrophe (BNGRC), on démarre le rythme habituel d’une saison cyclonique, à savoir la mise à jour du plan de contingence, les exercices de simulation, la redynamisation des comités locaux de Gestion de risque et catastrophe.

Vu le risque accru des impacts de cette catastrophe naturelle sur l’île, les mesures de prévention
doivent être renforcées, dès maintenant, pour éviter des accidents. Madagas­car est très vulnérable aux intempéries.