Accueil » A la une » Union Européenne-AFOA : Madagascar aspire à une coopération commerciale forte avec l’Europe
A la une Economie

Union Européenne-AFOA : Madagascar aspire à une coopération commerciale forte avec l’Europe

Le  ministre  Edgard  Razafindravahy  et  l’ambassadeur  de  l’Union  européènne  Isabelle Delattre  Burger  lors  de  l’ouverture  de  la  réunion  avec  les  pays  de  l’AFOA.

Madagascar, à travers le ministère de l’Industrialisation, du Commerce et de la Consommation abrite jusqu’au vendredi 23 septembre une réunion de négociation entre les pays de l’AFOA et l’Union européenne.

UNE réunion de haut niveau. Madagascar à travers le ministère de l’Industrialisation, du Commerce et de la Consommation (MICC ) accueille depuis hier jusqu’au vendredi 23 septembre, le neuvième round de négociation pour l’approfondissement de l’Accord de Partenariat Économique (APE) entre les cinq pays membres de l’AFOA (Madagascar, Comores, Zimbabwe, Seychelles et Maurice) et l’Union européenne. Parmi les objectifs; renforcer la capacité des pays membres à satisfaire les exigences du marché européen, faciliter les démarches nécessaires à l’exportation vers l’Union Européenne et en contrepartie, faciliter l’accès des produits européens sur le marché local dans le cadre du principe de réciprocité promu par l’Organisation mondiale du commerce (OMC).

« Accueillir cette réunion est un privilège et un honneur pour la Grande ile. Cet accord fait partie d’une coopération forte que nos pays entretiennent avec l’Union Européenne. Nous espérons un impact positif sur nos économies », déclare le ministre Edgard Razafindravahy lors de son discours d’ouverture en présence de l’Ambassadrice de l’Union européenne, Isabelle Delattre Burger. Cette dernière a d’ailleurs souligné l’importance de cette réunion dans le renforcement des échanges futurs entre l’AFOA et l’Europe. « C’est une occasion de connaitre et d’accorder la vision de chaque pays membre », a-t-elle déclaré dans son discours. L’Europe qui, selon l’ambassadeur, importe de nombreux produits malagasy pour ne citer que la vanille, les produits de pêche et les minerais.

Faire valoir les atouts

D’une manière générale, les discussions devront servir à trouver des terrains d’entente sur les sujets qui peuvent être à l’origine de blocage dans la fluidité des échanges commerciaux entre l’Europe et les pays de l’AFOA. Pour cette rencontre, trois points, entre autres, sont au centre du débat.

« Après l’ouverture des négociations en octobre 2019, nous sommes aujourd’hui à la 9ème réunion. Trois sujets ont été avancés et devront être clos pour la mise en application, à savoir ; la facilitation des échanges, l’agriculture et les conditions sanitaires et phytosanitaires», a exprimé le ministre Edgard Razafindravahy.

Madagascar compte bien profiter de l’accueil de cette réunion pour faire valoir ses atouts auprès de l’Union européenne, et tirer des avantages pour les acteurs des filières malagasy. Le ministre Edgard Razafindravahy a cité l’exemple de la filière vanille et de la décision prise par l’État de fixer le prix plancher du kilo à l’exportation de vanille.

« Il est nécessaire de renforcer les accords commerciaux à cet effet et de conforter notre place de leader mondial avec le prix minimum de 250 dollars le kilo dans les pays européens», a-t-il soutenu.

L’ensemble des participants à cette réunion, aussi bien les pays de l’AFOA, et notamment Madagascar, que l’Union européenne, attendent donc des résolutions concrètes à l’issue de cette réunion qui durera cinq jours.

1 commentaire

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • là franchement c’est se foutre de la poire de l’Europe en se faisant soutenir par les russ sur les Iles éparses et en plus l’article est bloqué ???