Accueil » Régions » Androka-Ampanihy – Tension autour de l’installation d’une société d’algues
Régions

Androka-Ampanihy – Tension autour de l’installation d’une société d’algues

Une entente devra être trouvée incessamment entre la commune d’Androka et la société MaproSud.

Il n’y a pas un seul jour sans que le maire de la commune rurale d’Androka, située à l’extrême sud du district d’Ampanihy, ne dénonce les « agissements » de la société chinoise. « Nous demandons le départ de la société car elle ne nous respecte pas. Elle accapare quelques 2.5ha de notre terrain sans notre aval. Aucun papier sur cette société n’est passé à la commune concernant cette superficie occupée. Elle déshonore même notre culture et nous faisons appel à l’État central pour nous venir en aide » s’exprime Anselme Dinackey Mahasambotsy, maire de la commune rurale d’Androka.

C’est surtout l’«accaparement des 2.5ha sans autorisation de la commune » qui gêne le maire. « C’est le lieu de travail de nos habitants. En plus, les Chinois détruisent les récifs situés à cet endroit, ce qui a des conséquences désastreuses sur le prix du poisson chez nous » renchérit-il. Il parle même de la destruction de la forêt d’Ambolosony. Il dit qu’une autre société d’exploitation d’algues travaille déjà à Androka mais ne pose aucun problème. Le député d’Ampanihy, Keron Idéalson est monté sur des chaînes de télévision de la capitale pour appuyer les dires du maire.

Les habitants désapprouvent l’installation de la société de pêche et demandent son départ immédiat car sa présence « crée trop de tension ».

Autorisée

La société Madagascar Produit du Sud (Maprosud) a obtenu un accord de principe du ministère de la Pêche et de l’économie bleue le 23 décembre 2021et a adressé une demande officielle le 14 janvier 2022.

Elle demande l’autorisation d’essai de culture d’algue rouge dans le lagon d’Ambohibola, d’Androkaela et de Fanambosa dans la commune rurale d’Androka pendant douze mois. La demande d’autorisation voit la signature du maire d’Androka, du président du fokontany de Fanambosa, des fokontany d’Androkaela et d’Ambohibola, le chef de district d’Ampanihy et du représentant du gouverneur de la région Atsim o Andrefana. « La question du terrain n’est pas du ressort du ministère de la Pêche et de l’économie bleue. Nous délivrons des autorisations pour le développement de l’algoculture qui se pratique sur mer et non sur terre » souligne le ministre en charge de la Pêche, Paubert Mahatante.

Toutefois, après discussions avec les autorités d’Androka et de la région Atsimo Andrefana, une descente à Androka est prévue cette semaine. L’objectif est de faire rencontrer les antagonistes et essayer de trouver des issues aux désaccords. Le ministère insiste sur la partie du développement de la filière Algoculture en offrant la possibilité d’augmentations de revenus pour les femmes pêcheurs et femmes de pêcheurs. La culture d’algues rouge peut rapporter entre 400 000 à 1 500 000 ariary par cycle de 35 à 45 jours pour les pêcheurs.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter