Faits divers

Ambanja : Trois bandits charcutent un opérateur

Odieux. Le propriétaire de La piscine, à Ankatafahely Ambanja, a froidement été charcuté par trois criminels, mercredi entre 19 et 19h30. Il a été agressé dans une douche de ces thermes. Son front, sa main gauche et son coude ont été mortaisés. Complète­ment fatigué, il a rapidement été pris soins dans une clinique, selon les explications de la gendarmerie nationale. Il ne devrait pas y avoir beaucoup à craindre quant à son pronostic vital, comme l’a affirmé le commandant de brigade (CB), au téléphone, hier.

La victime habite dans un autre quartier que la piscine. Ce soir-là, il s’est rendu sur ce site clôturé et sécurisé par un gardien pour une visite. Il est entré dans les toilettes où il a soudainement été attrapé par trois personnes équipées d’armes blanches. Elles l’ont empêché de se sauver avant qu’elles ne l’aient frappé à coups de machette.

L’opérateur ayant perdu beaucoup de sang a été laissé à terre, sur les lieux du crime, jusqu’à ce que les secours soient arrivés. Il a urgemment été acheminé vers l’hôpital.

Mobile du crime
À l’arrivée des éléments de la gendarmerie, le concierge n’était plus là. Lors de l’enquête de voisinage et du constat, sa casquette a été retrouvée traîner dans la cour. Elle a déjà servi d’indice important pour les enquêteurs, souligne le CB. « Ce vigile est notre premier suspect et nous suivons activement ses traces pour parvenir aux auteurs principaux de l’acte », rapporte-t-il. Aucun coup de filet n’a encore été signalé jusqu’à hier soir.

D’après les renseignements glanés, les malfrats n’ont pas pris la peine de cacher leur visage au moment de cette tentative d’assassinat. Ils se sont fait remarquer par certains habitants de l’entourage, qui n’ont malheureusement pu faire grand-chose que de décrire leur signalement à la gendarmerie.

« Les assaillants n’auraient rien volé sur leur cible. Leurs motivations de commettre cette atrocité reposerait donc sur un règlement de compte », soupirent les enquêteurs qui font trop de cas du mobile du crime. Jusqu’ici, leurs investigations vont bon train.

1 commentaire

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • N’est-ce pas plus un plaisir de luxe sans autorisation, surpris par le propriétaire ? Et de plus encouragé par le gardien des lieux certainement en échange de service financier ?
    Le grand danger à Madagascar c’est la fierté inutile de cacher son endettement envers souvent des personnes soient disant inférieures à sa situation mais de qui la personne est en dépendance forte.
    Ou affaire de volage honteux dans les journaux ?
    Alors les journalistes y aura t-il une suite au feuilleton policier pour que cessent les lynchages inutiles ?