Faits divers

Nanisana : Un trentenaire meurt sous un amas de terre

Le corps inanimé d’un ouvrier a été retrouvé sous un amas de terre dans un chantier de terrassement à Nanisana, hier après-midi. Victime de l’effondrement du sol sur ce lieu de terrassement, ce trentenaire ne s’en est pas sorti vivant. Les travaux de sauvetage ont pris du temps. « Il a fallu un peu moins de deux heures de temps à nos hommes pour sortir le corps du lieu de l’accident. L’amas de terre a été très élevé et la victime se trouvait tout au fond. D’autant plus, on ne pouvait pas accélérer les travaux car la terre menaçait encore de s’effondrer. On devait faire très attention pour éviter le risque de perdre d’autres vies», indique une source auprès des sapeurs-pompiers à Tsaralalàna.

Ce drame est survenu, hier, vers midi trente. « Quatre ouvriers travaillent sur ce chantier. Comme c’était l’heure de la pause, les trois hommes sont partis déjeuner. Lui, il est resté. Pendant ce temps là, la terre s’est affaissée brusquement et il a été enseveli dessous », témoigne Joana Rakotoarimanga, un collègue de la victime, qui pleure cette disparition subite.

Vigilance

Au moi s d’ av ril, un maçon a aussi trouvé la mort à Tsiadana, dans les mêmes circonstances. Un mûr de soutènement lézardé s’effondrait sur lui, pendant qu’il opérait sa réparation.

Selon les observateurs, cet accident à Nanisana n’ était pas vraiment surprenant. «On prévoyait ce risque, car il y a une sorte de creux sur le bas qui pouvait provoquer à tout moment un tel accident», indique une source. Un sapeur-pompier appelle à la vigilance sur ces opérations de terrassement.

Prévenus à 12h33, treize sapeurs-pompiers et deux infirmières sont arrivés à Nanisana, vers 12h 50. Le corps était extirpé à 14h 40. Le Bureau municipal de l’hygiène (BMH ) de la ville d’Antananarivo l’a emmené à la morgue du centre hospitalier universitaire Joseph Ravoahangy Andrianavalona (CHU JRA). Les proches de la victime ont été déjà avisés de ce drame.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter