Social

Épidémie – L’Ébola menace Madagascar

Contrôle de la température des passagers à l’aéroport international d’Ivato.

La maladie à virus Ébola est non maîtrisable. Une urgence sanitaire mondiale est déclarée.

L’épidémie d’Ébola menace de se propager dans le monde. L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a déclaré, le 17 juillet, que cette maladie mortelle constitue « une urgence de santé publique de portée internationale ». « Ceci signifie que l’épidémie est non maîtrisable dans la région où elle sévit, actuellement. Le risque que le virus sort du territoire de la République démocratique de Congo est très élevé. Et comme tous les autres pays du monde, Madagascar est menacé », éclaircit le Dr Armand Solofoniaina Rafalimanan­tsoa, directeur de la Veille sanitaire et de la surveillance épidémiologique (DVSSE), auprès du ministère de la Santé publique, hier.
Des porteurs du virus peuvent débarquer sur l’île, à tout moment, à travers les transports aériens et/ou maritimes. Plusieurs Africains entrent au pays presque, quotidiennement, avec les vols en provenance de l’Éthiopie, de l’Afrique du Sud ou encore du Kenya. La transmission du virus est, pourtant, très simple. Une personne infectée peut transmettre le virus par son sang, ses liquides biologiques ou ses sécrétions lorsqu’ils pénètrent dans l’organisme d’une personne saine, par l’intermédiaire d’une lésion cutanée ou des muqueuses.

Vigilance renforcée
Madagascar est sur ses gardes. Comme dans les au­tres pays, le ministère de la Santé publique a appliqué la vigilance sanitaire mondiale, en cas d’épidémie. Le système de contrôle sanitaire est mis en place dans les aéroports et ports, notamment, à l’aéroport international d’Ivato, depuis mai 2018. Des agents de santé continuent à contrôler la température et l’état de santé des passagers, jusqu’à présent.

Le Dr Tedros, directeur général de l’OMS invite tout un chacun à « redoubler d’efforts ». À Madagascar, « la vigilance est renforcée », enchaîne le Dr Armand Solofoniaina Rafalimanan­tsoa. « Diverses activités sont menées face à cette situation », lance-t-il, sans donner de détails, pour éviter de créer la panique. Il rassure, toutefois, que si jamais ce virus franchit le territoire, le ministère est prêt pour la prise en charge et pour la prévention de la propagation de la maladie. « Nous disposons de médicaments et d’autres équipements pour la prise en charge. Même l’endroit où les victimes seront mises en quarantaine, est déjà déterminé », indique-t-il. Une autre source auprès du ministère indique que la « vigilance sera renforcée ». Une cellule de crise serait, entre autres, créée. Mille sept cent personnes ont succombé à cette épidémie difficile à circonscrire, depuis l’été
dernier, selon le quotidien français « Libération ». Et la maladie s’étend dans d’autres zones. Un cas de décès a été notifié dans la ville de Goma, à la frontière de Rwanda, peu de temps avant cette déclaration.

Les symptômes de la maladie

Les symptômes de la maladie du virus à Ébola sont variés. Au début de la maladie, une fièvre brutale peut apparaître, accompagnée de faiblesse intense, de douleurs musculaires, de céphalées et d’irritation de la gorge. Des vomissements et de la diarrhée surviennent, par la suite, ainsi qu’une éruption cutanée, des troubles de la fonction rénale et hépatique, voire des hémorragies internes et externes. Tous les médecins seraient déjà informés de ces symptômes et de la prise en charge.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter