Economie

Création d’entreprise – Le financement bloque les jeunes entrepreneurs

L’évènement aura été l’occasion pour les jeunes de l’IST d’échanger avec les professionnels présents.

Les jeunes sortants des instituts et universités manquent de moyens pour se lancer dans l’entrepreneuriat. Le groupement des étudiants de l’IST créent cette opportunité.

Employer ou être employé. Ce questionnement a constitué le principal sujet de débat, lors de la journée porte ouverte de l’Institut Supérieur de Technologie d’Antananarivo qui s’est déroulé hier, à Ampasapito. Organisé par le groupement des étudiants de l’Institut, l’évènement s’est consacré principalement au monde de l’entrepreneuriat. « Outre le manque d’expérience professionnelle, le principal facteur de blocage pour un étudiant sortant d’une institution universitaire qui l’empêche de prendre directement la voie de l’entrepreneuriat reste le variable «financement». Et c’est sur ce point que nous concentrons nos efforts afin d’offrir des alternatives pour les jeunes porteurs de projet », explique Santatra Rakotoari­manana, président du groupement des étudiants de l’IST. Ces journées portes ouvertes sont la conclusion d’une initiative de promotion de projet, que le groupement a initié il y a quelques mois. Initiative sous forme de concours à laquelle les étudiants de l’institut pouvaient prendre part en présentant une idée de projet qu’ils doivent concrétiser après avoir bénéficié d’une formation sur la gestion et la création d’entreprise auprès de partenaires l’instar de Mada­gascar Entreprise Dévelop­pement (MDE) et le Syndicat Patronal Malgache (SPAM).

Exemple
Afin d’impulser l’esprit entrepreneurial des jeunes, les parcours de Tahina Randria­rimanana et de Livaniaina Razanjafy, respectivement fondateur de « Fiombonana », gagnant de l’Anzisah Prize 2016 et fondateur de « Irakay » qui participera à la finale de l’Entrepreneurship World Cup de cette année, ont été exposés à Ampasapito. « J’ai pris le risque d’investir dans le projet en dépit de mon grand besoin de financement. Je me suis même endetté. Maintenant, j’ai la chance de pousser mes projets encore plus loin », souligne le fondateur d’Irakay qui a débuté ses activités il y a trois ans et dont le développement se fait petit à petit à présent.

Suivant l’exemple de ces « success-story » quelques jeunes porteurs de projets de l’IST se sont donc démarqués dans l’établissement de business plan pour concrétiser leurs idées à l’instar de «Gas Gasy», une société qui cherche à substituer l’utilisation du charbon de bois en fournissant une énergie verte abordable, durable et respectueuse de l’environnement sous la forme de bio-compost et de biogaz ou encore la startup « Angovo+ » qui propose une nouvelle forme de carburant amélioré pour tout type de moteur via l’installation d’un kit générateur d’hydrogène sur les véhicules. Ce dernier a remporté le premier prix du concours organisé à l’IST hier.