Accueil » Actualités » Navigation maritime – Risques accrus de naufrages dans l’Est
Actualités Faits divers

Navigation maritime – Risques accrus de naufrages dans l’Est

Une mer agitée est signalée sur la côte-Est. Les cargos et embarcations sont cloués au port. À Maroantsetra, trois pêcheurs qui se sont aventurés en mer, sont portés disparus.

Danger. De fortes houles sont actuellement signalées sur la côte-Est de la Grande Île, notamment dans le cap-Est. Face à cette situation, l’Agence Portuaire Maritime et Fluviale (APMF) a préconisé l’interdiction du transport en mer, à Sainte Marie et à Toamasina, clouant ainsi au port, les cargos côtiers effectuant des liaisons commerciales entre les villes du littoral. En effet, de frêles cargos et embarcations, transportent non seule­ment des marchandises, mais également des passagers, sur ces mers, dont un danger menaçant est actuellement signalé.
Le sort des trois pêcheurs est, par ailleurs, incertain. Sortis en mer sur les côtes de Rantabe Maroantsetra, tôt jeudi, ces derniers demeurent jusqu’à maintenant introuvables. En revanche, leur pirogue ainsi que leurs filets ont été retrouvés.

Difficiles recherches
Les victimes ont des liens de parenté. Bien qu’ils soient jusqu’à maintenant portés disparus, leur chance de survivre est de plus en plus mince, à la lumière des informations communiquées.
Le jour de leur disparition en mer, les habitants des villages environnants ont passé au peigne fin la zone du naufrage, mais les disparus étaient introuvables. Les recherches se sont poursuivies le week-end, avec l’aide des autorités locales ainsi que des forces de la gendarmerie, mais elles se sont avérées infructueuses. Jusqu’à hier, ni corps, ni rescapé n’ont encore été repêchés.
À Maroantsetra, les autorités ainsi que les familles des défunts ont lancé des appels sur les ondes des radios locales, afin de retrouver les disparus. Les recherches sont étendues dans toute la baie d’Antongil où les habitants des villages disséminés le long des côtes, sont appelés à alerter les autorités en cas de découverte macabre, ou d’indices susceptibles de permettre de recadrer ou d’orienter les recherches.
Par ailleurs, le mauvais temps et la mer agitée qui continuent à sévir semblent compromettre les recherches, qui, jusqu’à hier, n’ont rien donné. L’alerte n’étant pas encore levée, les personnes chargées de poursuivre les recherches sont dans le désarroi.

Abela s’affaiblit

La tempête tropicale modérée Abela est passée de dépression tropicale, hier matin, en perturbation tropicale, hier vers 15 heures. Son centre se trouvait à 430 kilomètres à l’Est d’Antalaha, hier, et se déplaçait vers l’Ouest, avec un vent moyen de 19 km à l’heure. La masse nuageuse accompagnant ce mauvais temps a déjà touché la partie Nord-est de la grande île. Une vigilance forte houle est appliquée pour les côtes Est de Madagascar, hier et ce jour, selon les techniciens de la Prévision météorologique à Ampandrianomby. De fortes pluies sont, également, attendues dans la partie Sud-est.

Seth Andriamarohasina