Actualités Social

Infrastructures – Appel à la contribution du privé

L’État appelle de l’aide aux secteurs privés pour la réalisation de ses projets. Certains travaux de réalisation des projets présidentiels ont été suspendus.

Travaux suspendus. C’est le moins que l’on puisse dire en voyant les chantiers des futures gares routières à Ambohi­manambola et à Andoha­tapenaka abandonnées depuis plusieurs semaines. À Ambohi­manambola, les ouvriers ont quitté les lieux avec leurs engins dès la fin du terrassement. L’élargis­sement de la route reliant Besarety à Ankorondrano en quatre voies, figurait également, parmi les grands projets présidentiels annoncés en 2014, mais est resté aux oubliettes, après la destruction d’une partie du trottoir à Ankorondrano ou encore la demande de démolition de quelques infrastructures. A Antanimena et Soarano, les travaux d’élargissement de la route en quatre voies avancent, mais à très petit pas.

Nouvelles infrastructures
« Il n’est pas facile de faire les choses », explique Narison Rafidimanana, ministre auprès de la Présidence chargé des projets présidentiels, de l’aménagement du territoire et de l’équipement, hier, en marge d’une réunion « Post Sommet humanitaire mondial », au Carlton Anosy.
Ce dernier annonce, pourtant, que d’autres projets débuteront prochainement. À l’écouter, pourtant, l’État ne détient pas de fonds pour réaliser ses projets. Il a lancé un appel à coopération aux secteurs privés.
« Le gouvernement ne peut pas réaliser tout seul ses projets. La plateforme des secteurs privés s’est initiée à l’aide humanitaire. Pourquoi ne fait-elle pas autant pour la réalisation des projets initiés par le gouvernement   », fait-il remarquer au secteur privé.
La réalisation des deux gares routières est déjà le fruit de partenariat public-privé et les travaux devront reprendre prochainement.
La réalisation de ces projets devrait, cependant, améliorer la Ville des mille qui va bientôt accueillir le XVIe Sommet de la Franco­phonie. Les deux gares routières à Ambohimanambola et Andohatapenaka devront, par exemple, être fin prêtes à la fin du mois de septembre pour permettre aux transporteurs des zones nationales à Anosizato et à Ambodivona de migrer vers ces nouvelles infrastructures.

Miangaly Ralitera