A la une Economie

Carburant – Baisse des prix sur fond de forcing

Une moindre baisse, mais une baisse malgré tout.

Martelé depuis le début de l’année, le prix du carburant est enfin redescendu à la pompe, les pétroliers ont cédé.

Promesses tenues. « L’État et les pétroliers ont trouvé un consensus pour réguler l’approvisionnement et la tarification des produits pétroliers », a annoncé, hier, la présidence de la république en affichant le nouveau prix à la pompe qui prendra effet à partir d’aujourd’hui. Ainsi, le prix de l’essence baisse de 100 ariary pour descendre à 4100 ariary, tandis que le gasoil passera de 3550 à 3400 ariary, soit une réduction de 150 ariary. Le pétrole lampant quant à lui, s’achètera à 2130 ariary à partir de maintenant alors qu’auparavant le litre était de 2630 ariary. La plus importante baisse sur les trois produits est donc pour le pétrole « pour augmenter le pouvoir d’achat des ménages les plus vulnérables qui utilisent majoritairement cette denrée », souligne Vonjy Andriamanga, ministre de l’Eau, de l’énergie et des hydrocarbures.

Le faible écart de la baisse du prix de l’essence a été décidé « pour contenir l’inflation », selon ce responsable. D’après lui, cette baisse a pu être rendue possible en réduisant, entre autres, le prix du transport des carburants, les frets et les marges des pétroliers.

Mesures rétroactives
Auparavant, le fret maritime avoisinait les 65 dollars par tonne métrique. Un coût révisé à 40 dollars après les négociations qui se sont achevées hier. D’un autre côté, les rémunérations des gérants de station de service ont été revues en hausse. L’effectivité d’une baisse des prix à la pompe, d’un côté et une hausse des rémunérations des gérants, de l’autre, laissent tout de même le grand public perplexe.
Cependant, les retouches sur la structure tarifaire seront rétroactives afin de combler le passif au niveau des opérateurs qui avoisine les
145 milliards. Selon le Protocole d’accord signé en 2018 entre le gouvernement et les représentants du secteur pétrolier, cette nouvelle structure s’applique donc au prix du carburant depuis le mois de janvier, mais c’est uniquement aujourd’hui que le prix à la pompe a effectivement baissé. Ainsi, le gouvernement se servira de la marge perçue par les pétroliers durant la période entre le mois de janvier jusqu’à présent pour éponger une partie du passif de ces derniers. « Cette convention avait pour objectif d’amoindrir les coûts supportés par les opérateurs du secteur pétrolier, tout en servant de mesure d’accompagnement qui maintiendront la balance budgétaire des finances publiques », explique le ministre de l’Energie et des hydrocarbures.

Cependant, le gouvernement doit prendre en compte la gestion des hausses de prix à l’international et ses impacts sur l’économie à Madagascar, malgré la mise en place de cette nouvelle structure tarifaire qui ambitionne, à première vue, de ne dépendre d’aucun paramètre externe comme la hausse du prix du brut ou encore la dépréciation du monnaie nationale. Un cas qui s’est déjà produit l’année dernière où le prix du carburant a connu d’inévitables variations malgré les initiatives de lissages initié par les autorités à l’époque.

 

3 commentaires

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • Il n’y a rien de choquant dans la mesure où les gérants des stations services ont été toujours les victimes collatérales de ces rapaces de pétroliers . Non le régime précédent faisait toujours les courbettes et n’ont jamais été en mesure de leur tenir tête . Le PRM a fait fléchir ce beau monde de requins et on ne va pas faire la fine bouche sur l’ampleur symbolique de ces baisses .

  • Puisqu’on ne cesse de vous dire que l’Etat actus tiens parole et atteint tjrs son objectifs!! Et voilà encore une fois de plus il n’a pas déçus la pop! Les TIM vont justes maigrir !

  • Malgré la moindre diminution, c’est une initiative et volonté de dirigeant pour le bien de tout le monde. La persistance de la crise à Madagascar pousse le pouvoir d’aujourd’hui à cherche une solution à long terme. C’est un bon début mais c’est pourtant utile et nécessaire.