Accueil » A la une » Rivo Rakotovao – « Il y eut un accord politique signé »
A la une Politique

Rivo Rakotovao – « Il y eut un accord politique signé »

Le président du HVM affirme qu’un accord politique signé a accouché du Premier ministre
et du gouvernement. Il dément les affirmations des leaders des écuries politiques parties à cet accord.

Qui dit vrai ? L’exis­tence ou non d’un accord politique, le respect ou non de l’accord alimente les échanges politiques de ce début de semaine. Après Andry Rajoelina, ancien président de la Transition, et Marc Ravalomanana, ancien Président de la République, c’est au tour du parti Hery vaovao ho an’i Madagasikara (HVM) de donner sa version des faits.
Durant une conférence de presse, hier à Antanimena, Rivo Rakotovao, président national du HVM, a affirmé qu’un accord politique a été conclu et signé. Chaque signataire en a une copie. Celui qui est aussi président du Sénat assure que la désignation du Premier ministre n’aurait pas pu se faire sans la signature préalable de cet accord.
Affirmant qu’il a été présent durant les rencontres et négociations menant à cet accord politique en tant que chef de file du parti présidentiel, Rivo Rakotovao dément les affirmations de Marc Ravalomanana et du parti Tiako i Madagasikara (Tim). Ce dernier affirme ne pas être signataire dudit accord.

Réplique
Le fondateur de l’empire Tiko, surtout, a martelé devant la presse, dimanche, qu’il n’est pas signataire et n’a eu connaissance du processus de formation du gouvernement que tardivement. « Les grands partis politiques ont signé l’accord, dont celui qui affirme ne pas l’avoir fait », soutient toutefois Rivo Rakotovao. Il n’a, malgré tout, pas précisé ceux à qui il fait référence en parlant de grands partis.
Les informations rapportent, néanmoins, que l’accord politique a été acté lors d’une rencontre entre Hery Rajaonarimampianina, président de la République et ses deux prédécesseurs que sont, le leader du Tim et Andry Rajoelina, ancien Président de la Transition, fer de lance du Mapar, le samedi 2 juin.
Au lendemain de la nomination de Christian Ntsay, Premier ministre, le député Roberto Tinoka du Mapar a déclaré, sur la place du 13 mai, que cette étape est issue d’un accord signé par les patrons des Oranges et du Tim. Devant la presse, le président du HVM ajoute, par ailleurs, que la clé de répartition des ministères a été faite à partir des forces en présence à l’Assemblée nationale.
Aussi, des entités n’étant pas parties à l’accord sont présentes au sein du gouvernement, déclare-t-il. Il affirme, notamment, que le parti Malagasy miara-miainga (MMM), avec le ministère de l’Environnement, et le Hiaraka isika, siégeant au ministère de la Culture, sont représentés au sein de l’Exécutif. Le MMM tambourine, pourtant, n’avoir présenté personne pour faire partie de l’équipe Ntsay.
« Le ministre de l’Envi­ronnement était parmi la liste des ministrables proposés par le MMM », réplique Rivo Rakotovao. Le numéro un des Bleus rembarre aussi les affirmations de Andry Rajoe­lina, selon lequel le Premier ministre n’a connu la liste des ministres HVM qu’à la dernière minute.
Le président du Sénat assure que tous les ministres, à part celui des Affaires étrangères, absent du pays, ont rencontré le Premier ministre durant le week-end précédent la présentation du gouvernement. Pour esquiver les frondes de leur partisans et opposants suite à la formation du gouvernement, des leaders politiques torpillent le processus d’adoption ou de concrétisation de l’accord politique.
Le HVM, quant à lui, bétonne l’accord. Au regard de l’effectif gouvernemental, il dispose d’un ascendant politique au sein de l’Exécutif de consensus. Les précisions d’hier semblent, par ailleurs, rappeler les engagements de chaque camp. « Il a été conclu, verbalement, que l’accord mettrait fin aux manifestations publiques », indique Rivo Rakotovao. Le Mapar et ses alliés ont déserté la place du 13 mai depuis lundi. Le principal objectif de chaque écurie est, cependant, de gagner les élections.
Le Tim semble choisir de continuer à surfer sur les manifestations pour le changement, afin de reconquérir une assise populaire. Il a été dit, hier, que Marc Ravalo­manana a posé en préalable à l’accord, le rétablissement de ses avoirs et la fin de ses tourmentes judiciaires. Des points qui seront débattus au sein du gouvernement. Cela pourrait être la raison de l’entêtement de ses élus à Analakely.

2 commentaires

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • Pourquoi Rivo Rakotovao ne montre t-il pas cet accord signé s’il y en a eu. Pour moi ce n’est qu’une autre façon de s’esquiver et de voler la face devant la perdition du parti HVM

  • Qui a dit vrai ? Le voila encore le HVM sème la polémique dans ce pays. Jusqu’ici, personne n’a vue cette accord politique et ci c’est le cas pourquoi ne la pas publier.