PROCRÉATION - Lacune de l’éducation sexuelle à l’école


L’éducation à la sexualité fait défaut dans les écoles. « Le message véhiculé à l’école, est que la sexualité est taboue. La réalité est, pourtant, que les jeunes d’aujourd’hui, sont sexuellement actifs, très jeunes. Nous ne devrons pas, de ce fait rester sur des messages d’abstinence. Il faut les éduquer sur ce qu’ils doivent faire, s’ils commencent à avoir des relations sexuelles », indique Tendry Ramparaoelina, membre de la coalition Forum génération égalité (FGE). C’était, hier dans le cadre d’une sensibilisation sur les états de lieux concernant la contraception, la grossesse non désirée, avec Marie Stopes Madagascar à l’hôtel Grégoire Mahavoky. Les jeunes ne savent pas comment se protéger des maladies sexuellement transmissibles et des grossesses non désirées. Résultat, beaucoup de jeunes filles tombent enceintes, très jeunes. Selon les chiffres officiels, une jeune fille de moins de 18 ans sur trois a déjà procréé à Madagascar. La Coalition regrette la régression de l’éducation sexuelle à l’école. « Auparavant, on a appris aux élèves comment utiliser les préservatifs », enchaîne la source. La loi 2017 sur la santé de la Reproduction et la Planification familiale souligne, pourtant, qu’indépendamment de son âge, tout individu a droit à des services complets: information, éducation, communication, prise en charge, référence en matière de santé de la reproduction et de la planification familiale. Cette Coalition prévoit de faire un plaidoyer. « Le programme scolaire doit être modifié ! ».
Plus récente Plus ancienne