Accueil » A la une » Tolagnaro – QMM passe en mode service minimum
A la une Economie Régions

Tolagnaro – QMM passe en mode service minimum

Le  sité  du  QMM  inaccessible  aux  employés.

Sans issue ? C’est peut-être le cas de le dire, car malgré la reprise des discussions entre les manifestants et les dirigeants de la société Rio Tinto QMMQ à Tolagnaro, le 4 mai dernier, la situation semble de plus en plus compliquée.

Il a été annoncé à l’issue de ces pourparlers qu’ en gage de bonne volonté, les leaders du groupe à l’origine du blocage routier se sont engagés à la levée de toute menace de blocage afin qu’un climat de paix sociale soit assuré, et que QMM puisse assurer, en totale sécurité pour ses personnels, contractants et son matériel, la bonne conduite de ses opérations. Ce qui n’est pas le cas puisque les manifestants semblent avoir intensifié leurs revendications et surtout le blocage qui a contraint de nombreux employés de la société à délaisser leurs familles… faute de pouvoir rentrer chez eux.

En tout cas, les menaces et autres intimidations semblent s’accentuer à l’heure actuelle de la part de ces manifestants. Une situation devenue plus qu’alarmante pour QMM qui annonce, dans une communication transmise hier aux rédactions :

« Sans garantie pour la sécurité de son personnel et de ses installations, QMM est contrainte de passer en mode service minimum. Cette décision mûrement réfléchie résulte de l’impossibilité actuelle de garantir la sécurité du personnel travaillant sur le site dans le contexte de tensions sociales croissantes à Fort- Dauphin et de mise en place répétée de barrages routiers illégaux ».

Situation critique

Le communiqué précise que QMM a informé ses employés, ses contractants et l’ensemble de ses interlocuteurs institutionnels et économiques de sa décision de réduire ses activités pour passer en mode services essentiels puis en mode service minimum. Dans les faits, cela revient à mettre progressivement à l’arrêt des opérations sur le site de Mandena en assurant simplement la surveillance et la maintenance des équipements.

Cette décision difficile a été prise alors que QMM se trouve dans une situation très critique. Les tensions sociales continues depuis plusieurs semaines font en effet peser de lourdes menaces sur la santé, l’intégrité physique et la sécurité des employés de QMM, des contractants et des communautés avoisinantes. La sécurité des infrastructures et des matériels est également mise en jeu.

Ce mode opératoire sera maintenu jusqu’à ce que les opérations puissent reprendre sans perturbation et sans menace pour la sécurité des personnels et des infrastructures, ceci de façon durable. QMM souligne le caractère exceptionnel de cette décision, les opérations sur le site n’ayant jamais été arrêtées, même durant la pandémie de Covid-19.

QMM a toujours souhaité établir un partenariat avec les communautés hôtes autour de solutions durables. QMM privilégie ainsi l’accompagnement d’initiatives socio-économiques au versement de compensations financières, qu’elle a toujours refusé et refusera toujours de verser. Dans une démarche sincère visant à résoudre les divers enjeux, QMM va poursuivre un dialogue constructif pour rechercher des initiatives pérennes, lorsque la paix sociale aura été rétablie.

1 commentaire

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • Il est curieux que l’article ci-dessus ait sa réplique exacte sur Midi Mada aujourd’hui, premier constat.
    D’autre part, l’auteur dudit article propose ici une analyse unilatérale de la situation dont l’objectivité professionnelle recommanderait plutôt d’en rechercher les causes avant de porter des accusations.
    Cela ressemble de sa part à un parti-pris, c’est ce que l’on peut en déduire en le lisant.