A la une Magazine Santé

Deux mois de pandémie – Le cap des deux cents malades dépassé

Le Centre de commandement opérationnel d’Ivato lors de son ouverture le 23 mars dernier.

Le bilan du second mois passé en présence du coronavirus est attendu des autorités. Entre-temps, le nombre de malades dépasse le chiffre de deux cents.

Tournant décisif. Hier 19 mai marque la fin du second mois vécu en présence du coronavirus. Deux décès, cent dix neuf guéris sont enregistrés depuis le 19 mars. Tandis que ce jour-là, trois individus étaient déclarés porteurs du coronavirus, tous des cas importés, deux mois après, le cap des deux cents malades est dépassé. Deux cent sept patients sont actuellement en traitement.

La montée de la contamination s’est traduite, dans un premier temps, par une multiplication des cas contacts. Ainsi, un homme de 32 ans a été déclaré, le 27 mars, comme le tout premier contaminé par contact à Madagascar. S’ensuivit une détection de plusieurs cas contacts dans la capitale, notamment dans des quartiers restés très fréquentés comme Ankadifotsy ou Anatihazo-Isotry, malgré le confinement décrété sur l’étendue des régions Analamanga, Atsinanana et Matsiatra Ambony. Même en périphérie d’Antananarivo, comme Alasora et Ampitatafika, des cas de coronavirus sont détectés sans qu’aucun dépistage massif n’ait été mis en œuvre. Le contact tracing a été décidé, plus tard, lorsque des personnes de liens familiaux étroits sont découvertes en tant que porteuses du Covid-19 à Soavimasoandro dans le Vème arrondissement de la capitale. Davantage de tests d’identification du coronavirus sont menés dans l’entourage immédiat des nouveaux malades, depuis l’explosion du nombre de contaminés à Antananarivo, et puis à Toamasina.

Même si à Nosy-Be Hell-ville, à Toliara et à Tolagnaro ainsi qu’à Fianarantsoa, des cas ont été auparavant signalés. Les villes de Toamasina et Moramanga comptent un nombre important de contaminés qui ne sont autres que des personnes proches en raison de leur travail au niveau d’une même société ayant ses sites dans ces deux localités. Tandis qu’après un mois, le traitement des malades a connu une impulsion nouvelle avec le lancement de la tisane CVO comme remède, un accroissement du nombre de guéris a été constaté en l’espace de dix jours.

Mesures anticipatives

Le mois dernier, lors de la publication du récapitulatif de la situation de la pandémie entre le 19 mars et le 19 avril, les cas de coronavirus ont été détectés dans leur ensemble dans treize localités, y compris Morondava et Manjakandriana. En dépit de l’augmentation constatée du nombre de malades depuis la fin de la première semaine du mois de mai, les mesures adoptées en début de la crise sanitaire restent les mêmes, et la porte-parole du Centre de commandement opérationnel de la lutte contre le covid-19, la Pr Vololontiana, table sur « l’évitement et la réduction des contacts à travers le respect et l’exigence des gestes barrières ».

Dans les moyens de transport en commun en milieu urbain à Antananarivo comme à Toamasina où l’effectif des hospitalisés reste significatif, il n’y a plus de respect de la distanciation sociale ni d’usage de gel désinfectant. Les autorités sont attendues dans la présentation d’un bilan des deux mois de coronavirus, ainsi que dans l’annonce de mesures anticipatives afin de stopper définitivement la propagation de la pandémie.