Social

Santé – Le niveau des sages-femmes se dégrade

La capacité de certaines sages-femmes laisse à désirer. Leur association l’admet. « Le fait qu’il y a des plaintes contre certaines des nôtres, prouve l’existence de faille », explique une source auprès de l’association, hier, sans divulguer plus d’informations sur ces plaintes. La prolifération des instituts privés de formation en paramédicaux serait à la base de cette dégradation du niveau des professionnels de l’accouchement. Les concours pour le recrutement des paramédicaux sortants des instituts privés, ces dernières années, ont aussi montré le niveau médiocre des étudiants. Ils manqueraient d’expériences. Mais la question « vocation » est aussi remise en question. « Des jeunes intègrent le métier sans vocation. Elles font la formation dans l’espoir de trouver un travail dans les plus brefs délais », explique Jeannette Rasoa­rinivo, présidente de l’association des sages-femmes à Analamanga, lors de la célébration de leur journée, le 10 mai.