Accueil » Social » Triduum pascal – Affluence sécurisée dans les églises
Social

Triduum pascal – Affluence sécurisée dans les églises

Les fidèles au cours d’une messe nocturne pendant le triduum pascal.

Suite au renforcement du dispositif de sécurité et grâce à la permission des employeurs, davantage de fidèles de tout âge rejoignent les lieux de culte.

Aménagement. Plusieurs entreprises permettent à leurs employés de quitter les lieux de travail tôt en raison du triduum pascal. Durant le triduum pascal qui commence le jeudi saint et jusqu’au jour de Pâques, l’on constate que le nombre de croyants qui regagnent les temples et les églises augmente. « Bien qu’on soit en phase de formation, il nous est permis de quitter le lieu de travail un peu plus tôt pour pouvoir prier à l’occasion du jeudi saint, du vendredi saint et du samedi saint », confie une employée d’une entreprise d’externalisation implantée à Tanjom­bato.

Certains salariés chrétiens rejoignent les lieux de culte à la sortie du travail pendant toute la semaine sainte. Un réajustement des horaires de travail s’opère ainsi vu le caractère particulier de la semaine pascale qui a lieu une fois dans l’année. Afin de rassurer tout le monde pendant le triduum pascal, c’est-à-dire les trois jours précédant Pâques, le tout nouveau Directeur Général de la Police Nationale précise « mobilisation de plus de trois mille policiers pour s’occuper de la sécurité des églises et temples dans toutes les grandes villes ». À son entrée en fonction avant-hier, le patron de la police, le Commissaire Divisionnaire Dany Marius Rakotozanany n’a pas manqué de réitérer « la participation de la police à la sensibilisation des gens et à l’intervention pour la protection des personnes et des biens ». À proximité des églises depuis jeudi, des policiers stationnent et selon le témoignage d’un père de famille priant à Antanimena « Beau­coup de personnes sont venues sans hésitation pour raffermir leur foi malgré les cultes ayant lieu au soir ».

Engouement
« De jeudi à samedi, la veille de Pâques, le triduum pascal signifie un espace de trois jours. Le jeudi saint est la commémoration du dernier dîner du Christ ou Cène avec ses apôtres. Les fidèles sont alors appelés à rejoindre l’église au soir du jeudi. C’est l’occasion où le prêtre à l’image du Christ se met à laver les pieds des fidèles. Avec l’avancée de la nuit, ils méditent ensemble en référence à l’agonie de Jésus à Gethsémani. Puis il y a le vendredi saint et le samedi saint au cours desquels les messes ont lieu le soir », rappelle un curé d’une église de la capitale.
Avec la présence policière partout dans la capitale au moment des cultes du soir, les citadins sont mieux rassurés quant à leur déplacement vers leurs paroisses.

De jeunes téméraires comptent sur la solidarité entre jeunes de quartiers en même temps. Entre salariés, s’arranger pour pouvoir consacrer du temps au triduum pascal est devenu la pratique. Selon un révérend pasteur, « Le vendredi saint, les fidèles se réunissent dès le milieu de l’après-midi pour prier en souvenir de la passion et de la mort de Jésus. D’ailleurs, en fin de semaine, beaucoup viennent prier. Le
dispositif sécuritaire est nécessaire pour rassurer ces fidèles qui sortent du temple à une heure tardive ».

 

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi