Magazine

Malik Sarr – « Madagascar est un modèle pour la promotion de la diversité culturelle »

Aujourd’hui, Journée internationale de la Francophonie, cette organisation célèbre aussi ses 50 ans. Malik Sarr, ambassadeur et directeur du Bureau régional pour l’océan Indien, nous livre sa perception de la richesse et de la diversité culturelle de la Grande île.

La Francophonie fête ses 50 ans, comment les avez-vous vécus ?

La Francophonie, à travers l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), célèbre tout un jubilé aujourd’hui. Pour illustrer cet événement, je dirai que l’OIF est devenu une adulte responsable et bienveillante, qui vit dans un monde en perpétuel mouvement, tout en sachant s’adapter à l’évolution du monde actuel. Nous sommes devenus une organisation d’influence qui prône des valeurs culturelles et met les jeunes et les femmes sur ses priorités, inspirant la communauté à entreprendre pour son bien. Nous mettons le développement durable au cœur de nos préoccupations, nous œuvrons pour un monde plus juste et le droit à l’éducation pour tous. Nous inspirons et impactons le monde grâce à la solidarité que nous entretenons à travers la langue française. La population de la Francophonie est jeune et dynamique, c’est ainsi notre défi de lui ouvrir les portes de l’avenir. Chose que nous n’avions cessé de réaliser durant ce premier demi-siècle et que nous continuerons dans les années à venir, comme le prônent nos valeurs.

L’OIF met un point d’honneur à accorder une place
importante à la jeunesse, à travers ses activités, notamment pour la promotion de sa diversité culturelle.

. Parlez-nous de ces valeurs culturelles francophones.

Les valeurs de la Francophonie s’illustrent surtout à travers la promotion de sa diversité. Une diversité qui implique que chaque nation, chaque individu a sa part dans cette humanité, tout en y occupant une place, ainsi qu’un rôle important. C’est surtout à travers la promotion de cette diversité culturelle et linguistique que la Francophonie peut influencer le monde. Nous avons été le porteur de la mise en œuvre de la convention sur la diversité culturelle et linguistique auprès de l’Unesco en 2001, grâce à laquelle nous avons pu confirmer le fait que la diversité culturelle est sans doute la plus grande richesse d’un pays. Pour vous dire qu’un monde unilingue, un monde uni-culturel est un monde voué à l’échec, car la diversité est utile et nécessaire pour son épanouissement.

. Comment percevez-vous cette diversité et richesse culturelle à Madagascar ?

Madagascar bénéficie de tous nos projets en matière de promotion de diversité culturelle. Cela se manifeste à travers divers appels à projets, mais aussi à travers des outils mis en place comme le Marché des arts et spectacles africains (MASA) créé avec l’OIF et le gouvernement ivoirien en 1993, où Madagascar n’a cessé de briller en y remportant plusieurs prix et s’est affirmé aux yeux du monde. Preuve d’ailleurs de cette richesse culturelle dont peut être fier le pays. Nous œuvrons aussi dans le domaine du cinéma, de la danse et de la musique à travers des appels à projets qui suscitent l’engouement des artistes malgaches. Enfin, il y a les Jeux de la Francophonie dont Madagascar est l’un des plus illustres participants. Cependant, il importe aussi de souligner que nous saluons l’initiative du pays à valoriser sa langue maternelle, car c’est elle qui vous ouvre en premier lieu au monde. Chaque nation doit s’imprégner de sa langue maternelle, tout en invitant la jeune génération à s’approprier de celle d’autrui. De ce fait, Madagascar est, selon moi, un modèle pour la promotion de la diversité culturelle au sein de la Francophonie.

L’OIF est fière d’avoir pu initier le projet École et langue nationale.

. Quelles sont vos perspectives concernant la promotion de la culture et de l’éducation ?

Nous continuerons à nous activer pour que chaque pays francophone puisse bénéficier du programme politique de l’OIF pour la construction de l’État de droit. Madagascar, par exemple, a connu une longue crise, l’OIF a toujours été présente pour l’accompagner. De même, nous œuvrons activement pour que l’éducation soit au cœur de l’avenir de nos États, ainsi, elle reste toujours au cœur de nos préoccupation. Nous sommes plus que fiers d’avoir pu initier le projet d’École et langue nationale (Elan) en collaboration avec le ministère de l’Éducation nationale à Madagascar, pour que, justement, nous puissions perpétuer ensemble cette promotion de la diversité culturelle dans ce pays.